Des drones dont le rôle consiste à nettoyer votre toit

le
1

VIDÉO - Un fabricant français de drones commercialise depuis peu un engin destiné au traitement des toitures et des surfaces. Vendu près de 16.000 euros, il vise pour l’instant les professionnels du nettoyage.

Décidément, les drones et leurs concepteurs ont plus d’un tour dans leurs hélices. Après s’être montrés d’excellents outils de prise de vue aérienne, de surveillance voire de livraison de petits objets, ils peuvent désormais assurer dans la maison des missions délicates ou dangereuses. Le fabricant français Drone Volt vient ainsi d’annoncer le lancement de son nouveau modèle, baptisé Drone Spray.

La dernière création de cette société née en 2011 est un solide engin pesant 7 kilos et doté de 6 hélices. Équipe d’une caméra et de buses rétractables, l’appareil peut ainsi pulvériser avec précision sur les toits un mélange d’eau et de produit de démoussage permettant d’éradiquer les mousses et autres lichens prompts à parasiter les toitures.

2 heures pour traiter un toit complet

Selon un blog du Monde, la Foire du drone, qui a testé l’engin, son autonomie se limiterait à un gros quart d’heure. Ce qui lui permet néanmoins de traiter près de 150 mètres carrés avant de devoir refaire le plein de batterie. D’après le fabricant, le recours au drone permet d’effectuer en près de 2 heures (mise en place du drone incluse) une opération qui prend habituellement une pleine journée lorsqu’il faut mettre en place échelles ou nacelles pour intervenir.

Pas la peine de se précipiter en boutique pour acheter ce petit bijou. Commercialisé près de 16.000 euros, le Drone Spray vise une clientèle de professionnels du traitements des toitures ou des façades. Reste à vérifier si le gain de temps pour les nettoyeurs se traduira ou non par une diminution de la facture pour les clients.

Le nettoyeur de toit en action

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gourbi le dimanche 30 aout 2015 à 13:52

    Une techno bien française par une société cotée en bourse (MLDRV) dont la croissance à 3 chiffres chaque trimestre va continuer d'assurer des plus values substantielles aux actionnaires qui auront eu accès à l'information.