Des drones au service de l'industrie du film érotique

le
3
Des drones au service de l'industrie du film érotique
Des drones au service de l'industrie du film érotique

Ils envahissent le ciel, survolent parfois des centrales nucléaires et posent de nombreuses questions sur la notion de vie privée. Les drones, ces engins volants équipés de caméras, se démocratisent et les premiers modèles performants ne coûtent plus qu'une centaine d'euros. Le jour où un drone pourrait vous surprendre en plein ébat et filmer à travers la fenêtre est heureusement encore loin. Mais le concept d'atteinte à l'intimité a inspiré Ghost + Cow, une équipe de tournage de Brooklyn (New York, Etats-Unis).

Avec le film «Boning Drone» tourné à San Francisco (côte ouest), le duo de réalisateurs voulait «filmer de beaux paysages et y ajouter des gens en train de faire l'amour» dixit Brandon LaGanke, l'un des auteurs de cette oeuvre érotique qui mélange les genres.

Ce court-métrage montre des couples hétérosexuels, gays et lesbiens dans des positions sexuelles à la plage, dans une forêt ou au bord de la route. Tous sont des acteurs professionnels. Mais ce type de film érotique ne deviendra pas un standard à reproduire selon l'un des réalisateurs. Car les scènes seraient trop aériennes pour le public...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nestotor le samedi 15 nov 2014 à 17:30

    bientot l'amour tarifé entre 2 robots....

  • loup333 le mercredi 12 nov 2014 à 16:55

    dou l'expression s'envoyer en l'air bien sûr...

  • lsleleu le dimanche 9 nov 2014 à 20:42

    Le progrès mène à tout mais dans le cas du porno ... on s'en fou mais quel intérêt ? Le parisien à rien de plus intéressant a raconter ?