Des dizaines de morts lors du naufrage d'un bateau de migrants entre Malte et l'Italie

le
1
Des dizaines de morts lors du naufrage d'un bateau de migrants entre Malte et l'Italie
Des dizaines de morts lors du naufrage d'un bateau de migrants entre Malte et l'Italie

Des dizaines d'immigrés sont morts vendredi soir dans un naufrage au sud de Malte et de Lampedusa, huit jours après la tragédie qui a coûté la vie à plus de 300 personnes au large de la petite île sicilienne.

A La Valette, le Premier ministre maltais Joseph Muscat a confirmé la mort «d'au moins 27 immigrés», lors d'une conférence de presse dans la soirée. «Les opérations de récupération des corps se poursuivent», a-t-il ajouté vers 22h30. Selon l'agence italienne Ansa, qui avait annoncé un bilan d'une cinquantaine de morts, dont plusieurs femmes et une dizaine d'enfants, 33 corps ont été retrouvés.

Les secours continuent de s'activer samedi matin pour tenter de sauver de la mort les naufragés de l'embarcation qui a chaviré en quelques minutes par une mer houleuse, vendredi vers 17h15. L'hôpital de La Valette a été placé en état «d'alerte maximum», a ajouté le Premier ministre. Une cinquantaine de rescapés ont été secourus par les bateaux de la Marine militaire italienne.

150 personnes sauvées

Ce sont les immigrés qui ont donné eux-mêmes l'alarme grâce à un téléphone satellitaire, alors que le navire se trouvait à 60 milles au sud de Lampedusa et 70 milles au sud de Malte, non loin des eaux territoriales libyennes.

D'après le site internet du journal maltais Maltatoday, la marine de l'île a déjà récupéré sur le P61, un de ses bateaux, 150 survivants dont 113 hommes, 20 femmes et 17 enfants. Un navire italien, le Libra, a recueilli 56 rescapés, dont 39 hommes, huit femmes et neuf enfants. «Nous avons sauvé 150 personnes. Les autres requièrent des soins d'urgence et ont été transportés par hélicoptère sur l'île de Lampedusa (Italie)», a déclaré Joseph Muscat, le premier ministre maltais.

A Lampedusa, «trois migrants secourus sont déjà arrivés sur l'île ? une femme, un enfant et un homme souffrant d'un enfoncement de la cage thoracique, racontait à 22 heures Ava Djamshidi, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le samedi 12 oct 2013 à 14:49

    Il y a une autre solution, ne plus donner d'argent aux ONG et Cie pour leur venir en aide. Dans 20 ans on sera peinard. Et il n'y en aura pas 2 milliards et des poussières.