Des défaillances dans la sécurité de "Charlie Hebdo" ?

le
2
Une capture d'écran d'une vidéo postée par Jordi Mir, un résident, des frères Kouachi le 7 janvier 2015 à Paris.
Une capture d'écran d'une vidéo postée par Jordi Mir, un résident, des frères Kouachi le 7 janvier 2015 à Paris.

"Y a-t-il eu des failles dans la sécurité de Charlie Hebdo ?" Plus de deux mois après les attentats de Paris, un reportage d'Envoyé spécial, diffusé ce jeudi soir, relance la question. L'enquête a été réalisée par l'agence de presse Premières lignes, l'ancienne voisine de l'hebdomadaire satirique dans l'immeuble parisien de la rue Nicolas-Appert. "C'est une enquête que nous aurions aimé ne jamais faire", explique Luc Hermann, l'un des patrons de l'agence.

Dans le reportage, le journaliste pointe du doigt un certain nombre de défaillances dans la sécurité des journalistes. "La menace terroriste a-t-elle été sous-estimée dans la protection de Charlie Hebdo ? Au vu de l'ensemble des éléments rapportés par le reportage, la question peut se poser", admet également Le Nouvel Observateur.

Saïd Kouachi et Amedy Coulibaly auraient fait des repérages

On y apprend notamment qu'en septembre 2014 l'un des reporters de la société de production aperçoit une voiture roulant à faible allure. Le conducteur s'arrête et alpague le journaliste : "C'est bien ici qu'on critique le prophète ?" lui demande-t-il. Mais l'automobiliste ne va pas s'arrêter là. "On va leur apprendre... On les surveille", ajoute-t-il avec "une détermination sans faille", selon le reporter. Il note alors la plaque d'immatriculation. Pourtant, alors que l'information est remontée au Service de protection des hautes personnalités (SPHP), celle-ci estime...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9035148 le vendredi 20 mar 2015 à 08:16

    Des défaillances à tous les niveaux de flanby jusqu'au terrain.....

  • M2931816 le jeudi 19 mar 2015 à 22:00

    Sans etre spécialiste ,c'est une évidence .