Des débuts boursiers en fanfare anticipés pour Zynga

le
0

par Liana B. Baker et Alistair Barr

NEW YORK/SAN FRANCISCO (Reuters) - Le concepteur de jeux en ligne Zynga devrait faire des débuts boursiers en fanfare vendredi, ayant mis à prix son IPO tout en haut de la fourchette indicative, sans pour autant augmenter son montant d'un milliard de dollars.

L'IPO du créateur de "FarmVille" et de "CityVille" était très attendue car elle est pour les investisseurs un moyen de profiter de la croissance du réseau social Facebook avant que celui-ci ne fasse sa propre entrée en Bourse.

Zynga a placé 100 millions d'actions ordinaires de catégorie A à 10 dollars pièce, alors que la fourchette indicative était de 8,50 dollars à 10 dollars.

Zynga publie quatre des cinq jeux les plus populaires sur Facebook, qui rassemblent tous les mois plus de 200 millions d'usagers. Facebook, qui retient une part de 30% sur le revenu que Zynga réalise sur sa plateforme, devrait entrer en Bourse l'an prochain.

"Il aurait pu relever le montant et le prix sans difficulté; je pense que l'ouverture se fera en force", commente Scott Sweet (IPO Boutique).

L'IPO, équivalent à 11% environ du capital dilué, valorise Zynga à 8,9 milliards de dollars. Une valorisation de 14 milliards de dollars à peu près figurait en novembre dans une estimation interne inscrite dans un document boursier officiel.

A un milliard de dollars, l'IPO serait la plus grosse réalisée pour une société internet américaine depuis celle de 1,9 milliard de dollars de Google en 2004.

Zynga, qui est une société rentable, génère du chiffre d'affaires à partir de moins de 3% des joueurs, qui achètent en ligne des objets virtuels.

Le concepteur-éditeur a dégagé un bénéfice net de 12 millions de dollars au troisième trimestre et est bien parti pour réaliser un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars cette année. La croissance du bénéfice est mitigée toutefois car la société investit dans de nouveaux jeux.

Zynga est valorisé moins que l'éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard, dont la capitalisation est de 13,6 milliards de dollars, mais plus que son concurrent Electronic Arts (6,9 milliards de dollars).

Sa valorisation représente neuf fois son C.A. des 12 derniers mois contre trois fois pour Activision, ce qui témoigne du potentiel de croissance que les investisseurs perçoivent dans le jeu en ligne sur réseaux sociaux.

Zynga tire 95% de ses revenus de Facebook et en cela est vulnérable à tout ralentissement de croissance du réseau social.

Avec Sinead Carew, Alexei Oreskovic et Sakthi Prasad; Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant