Des crédits supplémentaires contre la radicalisation-Hollande

le
0

PARIS, 19 novembre (Reuters) - Des crédits supplémentaires seront versés aux associations qui luttent contre la radicalisation après les attentats djihadistes qui ont fait au moins 129 morts en France le 13 novembre, a annoncé jeudi François Hollande. Lors de la remise des prix de la fondation Chirac, le président français a souhaité que la France réponde à ces attaques en conservant ses valeurs. "La France ne doit pas se perdre pour gagner la guerre", a-t-il dit. "La France répondra à la haine par la fraternité, la France répondra à la terreur par la force du droit, la France répondra au fanatisme par l'espérance que constitue la vie elle-même, la France répondra tout simplement en étant la France." Le chef de l'Etat a été interpellé par Latifa Ibn Ziaten, la mère d'Imad Ibn Ziaten, un militaire tué par l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban en 2012 Mohammed Merah, qui a reçu le prix "pour la prévention des conflits". "Monsieur le président, j'ai besoin d'aide pour passer ce message de paix", a dit celle a fondé une association pour promouvoir la laïcité et le dialogue interreligieux. "On a un problème dans les écoles, dans les écoles il y a beaucoup de souffrance (...). Quand je vais dans les maisons d'arrêt, il y a un problème très grave, des gens qui se convertissent à l'islam", a-t-elle ajouté. Latifa Ibn Ziaten a alerté le chef de l'Etat sur la situation des "ghettos". "Dans les écoles, 95% des (enfants) d'origine maghrébine sont ensemble et ils ne peuvent pas avancer, ils ne peuvent pas s'intégrer, ils ne peuvent pas aimer la France", a-t-elle dit. "Pour aimer la France, il faut leur montrer, il faut leur tendre la main." Après les attentats, lui a répondu François Hollande, il faut "écarter tous les risques de séparation de notre pays, aller vers la mixité pour que nos écoles puissent être des écoles ouvertes à tous les jeunes enfants de la République, lutter contre la radicalisation". "C'est la raison pour laquelle, en plus des crédits que j'ai annoncés pour nos forces armées, pour nos gendarmes, pour nos policiers, il y aura également des concours financiers pour toutes les associations qui luttent contre la radicalisation", a-t-il ajouté. "Vous aurez le soutien nécessaire indispensable de la République." (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant