Des cours de morale à l'école, de Jules Ferry à nos jours?

le
0
Vincent Peillon présente aujourd'hui le rapport sur la morale laïque, que lui ont remis un trio d'experts. Cours dédiés ou enseignement transversal ? Quelle sera la forme cet enseignement ? Va-t-il éviter l'écueil de l'anachronisme ?

«Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger». «Quand le corps est faible, il commande ; quand il est fort, il obéit». «L'avare ne possède pas son bien, c'est son bien qui le possède». «Si vous voulez qu'on dise du bien de vous, n'en dites point de vous-même». «Puisque la vie est le premier des biens, l'homicide est le plus grands des crimes». Ou encore, «Pain mal acquis remplit la bouche de gravier»... Quelques sentences et maximes venues tout droit des cours de morale de la fin du XIXe siècle.

Avec l'avènement de la IIIe République et les lois Ferry de 1881 et 1882, la morale devient l'un des piliers de l'enseignement. L'instruction morale et civique revêt à l'époque un sens particulier, puisqu'elle se substitue...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant