Des coupes drastiques prévues dans les ministères

le
2
Passer d'un déficit de 4,5 % du PIB fin 2012 à 3 % fin 2013 nécessite un effort budgétaire colossal.

Chaque année, à cette époque, c'est le même rituel. Les ministres sont convoqués en séminaire à Matignon pour que le premier ministre leur dévoile les grandes lignes des efforts qu'ils devront consentir, l'année suivante, afin de réduire les dépenses de leurs administrations. Une manière de conforter le ministre du Budget avant que celui-ci n'engage des négociations généralement difficiles avec chacun de ses collègues.

Pour le gouvernement Ayrault, cet exercice revêt cette année une double contrainte: préparer l'un des budgets les plus rigoureux qu'ait jamais connus la France, tout en respectant les promesses de campagne du président nouvellement élu. Ainsi, passer d'un déficit de 4,5 % du PIB fin 2012 à 3 % fin 2013 nécessite un effort budgétaire colossal, chiffré entre 18 et 28 milliards d'euros par les économistes de l'OFCE, selon l'ampleur des efforts consentis par nos voisins dans le même temps. Et encore, ces efforts pourraient bien s'avérer plus é

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • groundze le lundi 25 juin 2012 à 12:28

    globalement c'est ce que font des millions de personnes à la fin de chaque mois : ne pas dépenser plus qu'ils n'ont gagné

  • derastea le lundi 25 juin 2012 à 10:52

    Pour tous ceux qui pendnt la campagne ont cru au mirage socialiste et ont tapé Sarko trés durement, la réalité leurs revient coomme un boomerang. C'est dur de se faire baisé