Des comptes Twitter et YouTube de l'armée US piratés par des jihadistes

le
0
Des comptes Twitter et YouTube de l'armée US piratés par des jihadistes
Des comptes Twitter et YouTube de l'armée US piratés par des jihadistes

C'est une guerre qui se livre sur tous les terrains. Les jihadistes du groupe Etat islamique ont pris le contrôle du compte Twitter et du compte Youtube du commandement militaire américain au Moyen-Orient. 

«Au nom d'Allah, le plus gracieux, et le plus miséricordieux, le CyberCalifat continue, c'est le Cyberjihad», peut-on lire sur le réseau social de l'armée américaine. Ce message précède une liste d'adresses d'officiers américains. 

«L'EI est déjà là, nous sommes dans vos PC, dans chaque base militaire américaine», ont également écrit les pirates sur le compte Twitter du Centcom, qui a été rapidement suspendu par les forces armées américaines. 

Le groupe Etat islamique a également pris le contrôle de la chaîne YouTube du« Centcom.» Comme sur Twitter, la bannière du compte a été remplacée par une image d'un combattant jihadiste, avec le nom «CyberCaliphate» et le slogan «I love you Isis». Les terroristes ont diffusé des vidéos de propagande ou des images de frappes américaines. Les autorités américaines ont suspendu le compte vers 19h30. 

Selon plusieurs sources, les listes publiées n'étaient pas des documents confidentiels mais des listes publiques disponibles sur Internet. L'armée américaine l'a confirmé dans la soirée. «Selon nos premières estimations aucune information classifiée n'a été postée et aucune information mise en ligne ne provenait d'un serveur ou des sites de médias sociaux du Centcom», a indiqué ce dernier.

.@_DavidThomson Pas des docs confidentiels. Docs publics, dispo sur le net. => @Breaking3zero-- William Reymond (@WilliamReymond) January 12, 2015

La chaîne Youtube du CEntom piratée aussi diffuse les films de l'#EI comme "Flames of War" https://t.co/E6YZLKKUKz pic.twitter.com/1cdPBMWWXt-- David Thomson (@_DavidThomson) 12 Janvier 2015

Cette attaque sonne comme une réponse aux attaques faites ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant