Des «co-détenus de soutien» pour endiguer les suicides en prison

le
0
Depuis mars 2010, l'Administration pénitentiaire recrute des prisonniers volontaires pour aider les détenus en détresse psychologique. Ce dispositif expérimental, vivement critiqué par les syndicats et les associations, devrait être prochainement étendu.

Prévenir les suicides en prison grâce aux détenus eux-mêmes. C'est l'expérimentation menée depuis mars 2010 par l'Administration pénitentiaire dans trois établissements pilotes. Dans les maisons d'arrêt de Strasbourg, Villepinte et Bordeaux, cinq «co-détenus de soutien» en moyenne sont chargés de soutenir les prisonniers psychologiquement fragiles et de repérer les comportements à risque afin de les signaler au personnel pénitentiaire.

Depuis le lancement de cette phase de test, ils sont une trentaine au total à avoir endossé ces habits d'«accompagnateur». Un nombre faible compte tenu de la proportion de prisonniers dans chaque établissement Strasbourg a une capacité d'accueil de 444 places, Villepinte de 588 et Bordeaux de 407. Pour le psychiatre Jean-Louis Terra, qui a participé à la mise en place de ce dispositif, cela tient à la «sévérité» des règles de recrutement. Chaque candidat qui se porte volontaire doit passer un «oral de motivation» devant

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant