Des "clubs" de jeux à Paris, alternative possible aux casinos

le
0
DES "CLUBS" DE JEUX À PARIS, ALTERNATIVE POSSIBLE AUX CASINOS
DES "CLUBS" DE JEUX À PARIS, ALTERNATIVE POSSIBLE AUX CASINOS

PARIS (Reuters) - Face à la division des élus sur l'implantation de casinos à Paris, le ministre de l'Intérieur, qui souhaite une alternative aux cercles de jeux jugés obsolètes, travaille à leur remplacement par des "clubs", a-t-on appris dans son entourage.

Un calendrier pour avancer sur cette piste, proposée dans un rapport qui lui a été remis jeudi, devrait être annoncé avant l'été, ajoute-t-on, indiquant que l'objectif de Bernard Cazeneuve est d'avoir un cadre juridique d'ici début 2016.

Le ministre a confié en février à Jean-Pierre Duport, président de la commission consultative des jeux de cercle et de casinos, une "mission de préfiguration de l'implantation de casinos à Paris assortie de la suppression des cercles de jeux", dont la majorité ont été fermés ces dernières années, souvent à la suite de procédures judiciaires.

Seuls deux cercles existent encore à Paris, contre 11 en 2007, ainsi qu'un troisième à Reims (Marne).

C'est pour réduire le risque de blanchiment et de fraude fiscale que le ministre a souhaité supprimer ce régime "en bout de course", tout en lui apportant une alternative, afin d'éviter le développement d'offres clandestines.

Mais comme le souligne Jean-Pierre Duport, "il n'y a aucun enthousiasme des élus parisiens à voir des casinos s'implanter dans la capitale". Au cours des auditions, certains ont dit être préoccupés par l'image négative que les jeux pouvaient véhiculer, d'autres ont évoqué les risques d'addiction.

Les mesures nécessaires à cette petite révolution du monde des jeux prendraient par ailleurs de 24 à 28 mois, selon les estimations du rapport.

D'où un scénario alternatif, celui d'expérimenter pendant cinq ans une nouvelle catégorie d'établissements de jeux, les "clubs", qui seraient des sociétés commerciales et non plus des associations, statut considéré comme un "vecteur d'opacité".

La profession de banquier, qui existe dans les cercles, serait par ailleurs supprimée.

Le régime fiscal de ces "clubs" reste à définir, mais il pourrait s'inspirer de la fiscalité applicable aux casinos avant l'arrivée des machines à sous, suggère le rapport.

La création des "clubs" n'exclut pas toutefois l'ouverture à terme de casinos dans la capitale, dit-on dans l'entourage du ministre. Bernard Cazeneuve est favorable à la suppression de l'article de loi qui interdit leur installation dans un rayon de 100 km autour de Paris et étudie les délais dans lesquels ce texte pourrait être abrogé, précise-t-on.

La décision d'ouvrir un ou des casinos à Paris reviendrait toutefois à la ville, qui, si elle le souhaitait devrait demander son placement en station de tourisme. Le casino le plus proche de Paris est celui d'Enghien-les-Bains (Val-d'Oise), qui jouit d'un régime dérogatoire pa rapport à la règle des 100 km.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse et Gilles Trequesser)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant