Des civils tués lors d'une frappe aérienne en Libye

le
0
    BENGHAZI, Libye, 21 septembre (Reuters) - Au moins neuf 
civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués par une 
frappe aérienne qui a visé une oasis mardi dans le centre de la 
Libye, a-t-on appris de source hospitalière et auprès de 
responsables locaux. 
    Les avions qui ont conduit l'attaque, dans laquelle 20 
personnes ont été blessées, n'ont pas été identifiés. Des 
groupes armés affiliés aux factions rivales de l'est et de 
l'ouest du pays conduisent des opérations à proximité. 
    Un porte-parole des forces loyales au gouvernement de l'est 
rapporte que des avions partis de Misrata, dans l'ouest, sont 
responsables du bombardement près d'Houn. Ils auraient tenté de 
viser une brigade rivale présente dans la zone, selon ce 
porte-parole. 
    Un porte-parole des forces aériennes à Misrata, Mohamed 
Gonono, a démenti ce rapport: "Nos forces aériennes n'ont pas 
atteint cette zone", a-t-il dit. "Nous avons seulement fait (des 
missions de) reconnaissance dans la région côtière", a-t-il 
ajouté. 
    Un témoin a déclaré que des habitants ont entendu des avions 
survoler la zone avant d'apprendre que des civils avaient été 
tués. Parvenu à l'hôpital où il a proposé son aide, il a 
constaté une situation "chaotique". 
    Selon un médecin de l'hôpital d'Houn, et le conseil 
municipal de la principale ville de la région, Al Shgega, au 
moins neuf personnes ont été tuées et 20 autres blessées. 
     Les brigades de Misrata s'opposent aux factions de l'est du 
pays depuis plus de deux ans. Les forces orientales sont loyales 
à un gouvernement qui a été chassé de Tripoli, la capitale, en 
2014 et siège désormais dans l'est du pays. 
    Les brigades de Misrata soutiennent elle un gouvernement qui 
a l'appui des Nations unies à Tripoli, mais peine à unir le 
pays. Elles combattent en outre le groupe Etat islamique à Syrte 
depuis près de quatre mois, à 275 km au nord de l'oasis. 
    Plus tôt, une source militaire faisait état de la mort de 
six personnes lundi dans l'accident d'un hélicoptère appartenant 
aux forces loyales au gouvernement installé dans l'est de la 
Libye. 
    Parmi les morts, figure le colonel Idris Younes, conseiller 
du président du Parlement de l'est Libyen. Deux personnes ont 
survécu. 
 
 (Ayman al-Warfalli et Ahmed Elumami,; Nicolas Delame et Julie 
Carriat pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant