« Des choses beaucoup plus lourdes remontent à la surface »

le , mis à jour à 06:01
0
« Des choses beaucoup plus lourdes remontent à la surface »
« Des choses beaucoup plus lourdes remontent à la surface »

Au pied de la tribune, Denis Auguin peine à croire qu'il vient de voir l'équipe de France voler en éclats. Mais il n'est finalement pas si étonné...

 

Que vous inspire ce psychodrame ?

DENIS AUGUIN. Franchement, je suis très triste de voir l'équipe de France en grande difficulté comme ça. On prévient Damien Joly à 1 heure du matin qu'il va nager, alors qu'il fait un ou deux 200 m par an. Voir l'équipe de France s'effondrer, ça me fait mal au coeur. Quand je vois Jérémy (Stravius) passer au travers du 100 m... Quand ça a commencé à dégénérer, il a été extrêmement touché par la situation. C'est triste de voir Greg Mallet, exemplaire depuis dix ans, finir sa carrière en larmes. Les garçons sont très remontés. C'est peut-être la première fois qu'ils disent basta.

 

Le mal-être vient-il de loin ?

Ce n'est pas un épiphénomène. Ils n'auraient pas eu cette réaction. Jordan (Pothain) a subi des Championnats de France très compliqués (NDLR : avec l'affaire du 200 m individuel) et il fait des Jeux exemplaires. En tout cas, ils vont s'en souvenir longtemps...

 

On en revient à la légitimité de la participation de Yannick Agnel...

On peut finir une carrière en n'étant pas à son meilleur niveau mais on n'a pas le droit de prendre l'équipe en otage. Je n'ai jamais entendu ça au bord d'un bassin. Toutes les équipes ont des problèmes mais ça ne pète jamais comme ça devant les médias. C'est vraiment que les mecs en ont ras le bol.

 

Le staff est-il fautif ?

Il fallait prendre la décision bien avant. Réveiller Damien Joly à 1 heure du matin pour lui dire de se raser, ça peut arriver si quelqu'un se casse la jambe ; mais pas là. Il y a sans doute d'autres choses beaucoup plus lourdes qui remontent à la surface, des non-dits, de l'amertume, des rancoeurs. Et, voilà, ça pète au plus mauvais moment. Je ne parle pas du relais 4 x 200 m mais de l'équipe au sens ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant