Des chômeuses portent plainte pour «escroquerie» après un stage chez Leclerc

le
0
Des chômeuses portent plainte pour «escroquerie» après un stage chez Leclerc
Des chômeuses portent plainte pour «escroquerie» après un stage chez Leclerc

Onze chômeuses de longue durée ont porté plainte pour «escroquerie» et «travail dissimulé» après avoir participé à une formation dans une enseigne Leclerc, ont confirmé les avocats en charge de l'affaire, révélée par Le Monde jeudi. Saisis par l'union locale CGT d'Évry (Essonne), Me Eddy Arneton et Me Sofiane Hakiki ont déposé plainte contre X lundi au parquet d'Évry pour «escroquerie, offre d'emploi fausse, travail dissimulé, soumission de personnes vulnérables à des conditions incompatibles avec la dignité humaine et violences».

Les plaignantes, onze femmes âgées de 18 à 47 ans et chômeuses de longue durée, ont participé avec 80 autres personnes à une «préparation opérationnelle à l'embauche» entre décembre 2013 et février 2014, lors de l'aménagement d'un supermarché Leclerc à Fleury-Mérogis (Essonne).

La moitié des chômeurs s'est vu refuser l'embauche promise

Indemnisés par Pôle Emploi durant cette période, les stagiaires ont été chargés du ménage et de l'installation des rayons de la future enseigne franchisée. Mais, au moment de l'inauguration du magasin en janvier, la moitié des chômeurs s'est vu refuser l'embauche promise par le dispositif. Selon les avocats en charge du dossier, le franchisé n'avait aucune intention d'embaucher et souhaitait profiter d'une «main d'oeuvre gratuite, financée par Pôle emploi».

«L'employeur a clairement laissé penser que l'offre de formation pouvait déboucher sur un CDI», selon Me Arneton. Une promesse qui relève de «l'escroquerie» selon lui, «sachant que l'établissement était loin de pouvoir garantir un poste aux 91 personnes engagées dans cette prétendue formation».

Les avocats dénoncent en outre des conditions de travail «dégradantes» et des violences psychologiques -insultes, commentaires sur le physique des personnes- survenus durant la formation. Interrogé, le groupe Leclerc a indiqué à l'AFP ne pas avoir été informé du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant