Des chercheurs français accusés de « biopiraterie »

le
1
Le petit arbre tropical Quassia amara dessiné dans un ouvrage de botanique du 19e siècle par Köhler.
Le petit arbre tropical Quassia amara dessiné dans un ouvrage de botanique du 19e siècle par Köhler.

L’Institut de recherche pour le développement (IRD) est mis en cause pour avoir fait breveter une molécule antipaludique issue d’un arbre tropical en exploitant les connaissances des communautés locales guyanaises sans contrepartie.

L’affaire est à la fois sensible et exemplaire, parce qu’elle met en cause un organisme public, l’Institut de recherche pour le développement (IRD), et qu’elle illustre la question de l’exploitation de savoirs ancestraux et des ressources biologiques puisés chez les peuples autochtones par des firmes pharmaceutiques ou cosmétiques. C’est là un des enjeux de la future loi sur la biodiversité que les sénateurs viennent d’adopter, mardi 26 janvier.

Depuis une dizaine d’années, la fondation France-Libertés-Danielle Mitterand s’est fait une spécialité de dénoncer les pratiques de biopiraterie. Elle affirme que le brevet délivré en mars 2015 à l’IRD sur une molécule issue d’un petit arbre tropical, le Quassia amara, entre précisément dans cette catégorie. On n’en est pas au stade de l’exploitation, mais de la recherche. N’empêche, il s’agit d’un « cas d’école », selon Emmanuel Poilâne, le directeur de France-Libertés. « C’est un exemple caractérisé d’accaparement, une injustice flagrante à l’égard des peuples autochtones de Guyane », affirme-t-il. La fondation disposait de neuf mois pour contester ce brevet, c’est ce qu’elle a fait en déposant une opposition argumentée auprès de l’Office européen des brevets.

Les feuilles de Quassia amara ont des propriétés insecticides et des vertus médicinales bien connues en Amérique latine où elles sont en particulier utilisées pour traiter des accès de paludisme. Les chercheurs de l’IRD en ont isolé une molécule, la Simalikalactone E (Sk...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 10 mois

    Et alors, l'essentiel est de guérir les gens peut importe le moyen....si l'on attend que les peuplades du coin déposent un brevet, quelques millions de gens seront morts d'ici là !!!! C'est bien encore une conception dingue de la mère Mitterrand.