Des chercheurs disent avoir réussi la spermatogenèse in vitro

le
1

LYON (Reuters) - Une équipe de chercheurs français affirme avoir réussi la production de spermatozoïdes humains in vitro, une découverte qui pourrait déboucher sur des traitements contre l'infertilité.

Cette innovation, présentée comme une première mondiale par ses inventeurs, a été mise au point par la start-up Kallistem spécialisée en biotechnologie créée en 2012 et issue de plusieurs organismes publics dont le CNRS, l’Inra, l’ENS de Lyon et l’Université Claude Bernard de Lyon.

Les chercheurs, qui doivent encore publier leurs travaux dans une revue scientifique, ont développé une technologie qui a fait l’objet d’un dépôt de brevet, qui permet la différenciation de cellules souches germinales mises en culture à l’extérieur du corps humain afin de produire des spermatozoïdes.

"Cette avancée ouvre des pistes thérapeutiques attendues depuis de nombreuses années par les cliniciens pour préserver la fertilité des jeunes garçons prépubères touchés par l’infertilité", souligne Philippe Durand, directeur scientifique de Kallistem. "Plus de 15.000 jeunes patients atteints de cancer sont concernés dans le monde, ainsi que plus de 120.000 hommes adultes qui souffrent d’infertilité non prise en charge par les technologies actuelles".

Les chercheurs travaillent à partir d’une biopsie testiculaire pour obtenir in vitro des spermatozoïdes par maturation des spermatogonies existantes chez les garçons prépubères. Les spermatozoïdes ainsi obtenus serviront à féconder in vitro les ovocytes.

L’objectif de cette jeune société est de commercialiser sa technologie d’ici cinq ans sous forme de licences auprès des industriels du marché de l’assistance médicale à la procréation.

La fonctionnalité des spermatozoïdes devra également être encore étudiée chez l’animal, puis au niveau cellulaire chez l’homme. L’aspect génétique sera étudié chez l’animal et chez l’homme.

Kallistem prévoit en 2015 "une importante levée de fonds" afin d’accélérer son développement. Ses dirigeants ont expliqué être également à la recherche de partenaires pour un développement aux Etats-Unis.

(Catherine Lagrange, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le jeudi 17 sept 2015 à 18:04

    Les jeunes scientifiques Français sont géniaux malgré le manque de moyen.