Des «cerveaux» étrangers espèrent pouvoir travailler en France

le
1
VIDÉO - Ils ont un diplôme français, parfois d'une grande école, et une promesse d'embauche. Mais la circulaire du 31 mai a changé les règles pour les étudiants étrangers et ces «cerveaux» sont menacés d'être renvoyés chez eux. Témoignages.

Fatima ne peut s'empêcher de verser des larmes quand elle évoque sa situation. Cette Algérienne de 25 ans a suivi toutes ses études en France. Après son Master 2 en Finance de marché à la Sorbonne et quatre entretiens, elle a réussi à décrocher un poste à la Société Générale. «Ce n'est pas une entreprise qui embauche au hasard, je me suis battue pour», exprime-t-elle. Mais pour continuer à travailler normalement, Fatima doit légalement faire évoluer le statut de son titre de séjour, d'étudiante à celui de salariée. Et c'est là que le bât blesse.

Depuis la circulaire du 31 mai qui vise à limiter l'immigration professionnelle, un texte signé par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant et celui de l'Emploi Xavier Bertrand, l'obtention de ce changement est de plus en plus compliquée. Pire, des étudiants très qualifiés, des «cerveaux», n'ont pas eu l'autorisation de rester sur le territoire français, quand bien même ils avaient reçu une promesse d'emba

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le vendredi 18 nov 2011 à 00:08

    Il n'y a pas assez de travail pour les Français sous chiens .On délocalise tour de bras,due au manque de compétitivité .Si des etrangers viennent en France pour passer des diplômes ,il faut leur laisser une chance dans leur pays comme première expérience à fiN qu'ils puissent s'épanouir ....