Des centaines migrants syriens embarquent sur un ferry grec à Kos

le
1

KOS, Grèce, 16 août (Reuters) - Plusieurs centaines de migrants syriens réfugiés sur l'île de Kos en Grèce ont commencé dimanche à embarquer sur un ferry affrété par le gouvernement grec afin d'apaiser la situation parfois chaotique qui règne sur ce territoire proche des côtes turques. Le ferry Eleftherinos Venizelos est arrivé à Kos vendredi mais les opérations d'embarquement ont été retardées d'un peu plus d'une journée afin d'éviter de nouveaux désordres parmi des migrants désespérés qui ont effectué la traversée depuis la Turquie sur de petites embarcations ou des canots pneumatiques. L'accès au bateau s'est effectué d'une manière ordonnée par groupes de 20 personnes aux premières heures de la journée malgré quelques tensions au début des opérations pour déterminer un ordre de passage. Le bateau de plaisance, qui d'ordinaire achemine des touristes vers les îles grecques et vers l'Italie, doit pouvoir accueillir environ 2.500 ressortissants syriens dans ses cabines et une zone a été prévue pour effectuer certaines démarches administratives. Fuyant la guerre civile dans leur pays, les migrants syriens sont considérés comme des réfugiés, un statut qui leur permet d'être prioritaires face aux autres migrants qui ont, eux, pris la route de l'exil pour des raisons économiques. Selon les statistiques de l'Organisation internationale pour la migration (OIM), près de 250.000 personnes ont franchi la Méditerranée cette année pour rejoindre l'Europe. Environ la moitié sont passées par les îles grecques. Cet afflux s'est accentué avec l'été, période de l'année où les eaux sont plus calmes et rendent la traversée moins risquée. La décision du gouvernement grec d'affréter un bateau s'explique par la nécessité d'apaiser les tensions engendrées par l'arrivée des migrants sur cette île. Plusieurs milliers d'entre eux résident dans des hôtels mais la plupart vit sous des toiles de tente, dans des bâtiments abandonnés ou simplement en plein air. Samedi, une cinquantaine de migrants originaires d'Afghanistan, du Pakistan et d'Iran se sont affrontés à coups de poing et jets de pierres près du principal commissariat de police de Kos. Mardi, la police est intervenue pour mettre fin à des heurts entre migrants dans une enceinte sportive où des centaines de personnes, dont des enfants, attendent d'obtenir des papiers. Une quarantaine de policiers anti-émeute ont été dépêchés sur place pour assurer l'ordre. (Alkis Konstantinidis et Karolina Tagaris; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le dimanche 16 aout 2015 à 10:31

    Personne ne veut se mélanger avec autrui. À fortiori avec des indigents qui croient en une religion prosélyte.