Des centaines de produits ménagers jugés toxiques

le
0

VIDÉO - L'association 60 millions de consommateurs publie une «liste noire» d'une vingtaine de substances toxiques présentes dans les produits d'entretien et dont la mention est obligatoire. Mais l'association rappelle que plus de 80 autres substances allergènes ont été identifiées.

Une centaine de produits ménagers contiennent une ou plusieurs substances «indésirables», révèle une enquête de 60 Millions de consommateurs . «Près de 30% des Français seraient déjà allergiques. Un nombre qui a doublé en vingt ans», affirme l'association. Afin d'aider les consommateurs dans leurs achats, l'association liste, dans un «memo des toxiques», 26 substances parfumantes jugées allergisantes dont la mention est obligatoire et celle des 56 substances à mention facultative. Parmi les marques pointées du doigt figurent Ajax, Canard, Carolin, Cif, Cillit Bang, La Croix, Mir, Mr Propre, Persil, Destop ou Minidou.

Outre l'overdose de parfum, l'enquête évoque en particulier le problème des sprays anti-bactériens et des désodorisants, accusant les fabricants de jouer sur la phobie des microbes. Or, «pour les détergents bactéricides à usage domestique, leur utilité n'est pas démontrée», a rappelé l'Agence de sécurité sanitaire (Anses). «Il y a une industrie du détergent qui essaie de nous équiper d'un arsenal de produits pour la maison comme si nous étions en guerre!», note Adeline Tregouët, rédactrice en chef du magazine de l'Institut national de la consommation (INC). «Assouplissants, désodorisants de frigos ou de lave-vaisselle, anticalcaires, brumes d'oreillers, nettoyants de lave-linge... on multiplie les molécules, les composés organiques volatiles, tout ça se mélange à la pollution, au soleil, et donne des molécules encore plus toxiques», explique-t-elle.

Les fabricants, ces dernières années, ont dû faire des efforts sur les lessives (phosphates), mais ils ont aussi multiplié, et complexifié, gammes et références. «L'idée est de sensibiliser le public au double visage de produits qui nous promettent douceur et fraîcheur et sont en fait agressifs. Il faut que les gens soient mieux informés, et aussi leur offrir des solutions. Car outre notre santé, c'est tout un écosystème marin que l'on déséquilibre», déclare Adeline Tregouët. À ce titre, les lingettes, même lorsqu'elles sont estampillées «biodégradables» sont également dans le collimateur de l'organisme.

La revue propose un décryptage des pictogrammes et symboles apposés sur les étiquettes, d'autant moins clairs que deux systèmes vont coexister jusqu'en 2017 et que les précautions d'emploi sont souvent écrites en tout petit. Qui imaginerait ainsi que pour utiliser certains gels wc, déboucheurs de canalisations ou nettoyants de salle de bains, il vaudrait mieux porter des lunettes de protection?

Pour éviter ces allergènes, 60 millions de consommateurs propose 100 fiches produits et 300 recettes afin de remplacer les produits commercialisés par des pratiques plus saines. Par exemple, saupoudrer les matelas de bicarbonate, abaisser la température des pièces de la maison ou passer l'aspirateur une fois par semaine plutôt que le balai pour faire fuir les acariens et se munir d'une brosse à dents, avec dentifrice et bicarbonate, pour blanchir les joints de carrelage.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant