Des centaines de Français privés de salaire en Arabie saoudite

le , mis à jour le
0
En Arabie saoudite, des centaines de salariés français n'ont pas été payés depuis plusieurs mois. (Photo d'illustration.)
En Arabie saoudite, des centaines de salariés français n'ont pas été payés depuis plusieurs mois. (Photo d'illustration.)

Saudi Oger est la deuxième plus grande entreprise de BTP de l'Arabie saoudite. Elle emploie au total près de 60 000 employés en provenance notamment de la France et du Liban. Seulement, comme le rapporte RFI, l'entreprise est aujourd'hui au bord de la faillite, et ne paie plus ses 56 000 employés. Parmi eux, des centaines de Français pour qui la société ne paie plus les frais de scolarité, le logement ou bien encore les billets d'avion pour revenir dans l'Hexagone. « Ils se moquent de nous », explique Patrick, un cadre de l'entreprise, à RFI. Certains ont même perdu l'« Iqama », qui leur donne le droit de travailler et de séjourner sur le territoire. Ils sont coincés en Arabie saoudite, tout comme leur compte en banque.

Un ancien Premier ministre responsable

Les salariés dénoncent aujourd'hui la gestion désastreuse de Saad Hariri, ancien Premier ministre de 2009 à 2011, qui avait hérité Saudi Oger de son père, Rafic Hariri, le milliardaire libano-saoudien. Depuis 2013, Saad Hariri, président du conseil d'administration, aurait fait face à de très nombreuses difficultés financières qu'il n'aurait pas su gérer. Informé de l'affaire, l'ambassadeur de France Bertrand Besancenot a adressé une lettre à Saad Hariri qui a permis de régulariser les salaires de septembre. L'entreprise s'est également engagée à payer régulièrement les employés le mois prochain. En attendant, employés et...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant