Des casques bleus seront jugés pour la mort de manifestants au Mali

le , mis à jour à 03:30
0

NATIONS UNIES, 23 juin (Reuters) - Plusieurs membres de la police de la Minusma, la force des Nations unies au Mali, accusés d'avoir tué trois personnes lors d'une manifestation en janvier dernier à Gao, ont été arrêtés et seront jugés dans leur pays d'origine, a-t-on appris lundi de source diplomatique à l'Onu. Selon cette même source, les familles des manifestants tués seront indemnisées par les Nations unies. L'Onu n'a pas identifié les policiers mis en cause mais d'après plusieurs sources contactées par Reuters, des images tournées lors des heurts montrent qu'il s'agit de Rwandais. La représentation rwandaise à l'Onu n'a pu être contactée dans l'immédiat pour commenter l'information. Les troupes rwandaises sont parmi les mieux entraînées et expérimentées des troupes de maintien de la paix de l'Onu, s'accordent à dire diplomates et responsables onusiens. Dans le cas de crimes commis par des casques bleus, la sanction est déterminée par la justice de leur pays d'origine. (Michelle Nichols; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant