Des cartes de visite de plus en plus intelligentes

le
0
Des cartes de visite de plus en plus intelligentes
Des cartes de visite de plus en plus intelligentes

En 2013, la start-up Buzcard affichait son ambition de dépoussiérer l'image de la carte de visite papier. Ses cartes dotées d'un QR-code, capables de donner des informations mises à jour en permanence et de transformer instantanément leurs destinataires en fans de l'entreprise sur les réseaux sociaux, ont séduit coup sur coup Laurence Parisot (alors présidente du Medef), Fleur Pellerin (alors ministre de l'Economie numérique) et Bercy (100 000 cartes commandées par le ministère des finances).

Avec cette invention, la petite entreprise innovante avait même réussi l'exploit de lever 260 000 ? de fonds en seulement trois jours ! Depuis, tout va toujours bien pour Buzcard qui compte Orange, EDF, Total ou venteprivee.com parmi ses clients.

Des stickers pour retrouver les objets perdus

Mais de nouvelles cartes connectées sont apparues sur le marché. Il y a deux mois, Sticknwizz lançait la Wizzcard, capable de retrouver les objets perdus de ses détenteurs ! « Cette carte de visite traditionnelle est pourvue de 5 stickers intelligents, explique Luc Tessier, fondateur de Sticknwizz. Les destinataires de la carte n'ont qu'à les activer sur Internet avant de les coller sur leurs objets nomades : téléphone, valise, tablette? »

En cas de perte, le « trouveur » de l'objet se rend sur le site mentionné sur l'étiquette, renseigne le code et est mis en relation avec le propriétaire. « En plus d'être utile, la Wizzcard est un formidable outil de communication, ajoute Luc Tessier. Les stickers codés sont tous estampillés aux couleurs de l'entreprise pour laquelle travaille le propriétaire de la carte. Et pour chaque démarche d'activation de code ou de mise en relation entre trouveurs et propriétaires des objets perdus, des publicités sur l'entreprise sont diffusées. »

Sticknwizz compte 370 000 stickers activés et a déjà permis de récupérer 8 000 objets, selon ses estimations. La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant