Des cadeaux de Noël même au bureau

le , mis à jour à 09:28
0
Des cadeaux de Noël même au bureau
Des cadeaux de Noël même au bureau

On ne choisit pas sa famille, ni les collègues avec qui nous passons presque autant de temps. Normal donc qu'au sein de cette famille de substitution on fête aussi Noël. C'est le traditionnel apéritif sur le lieu de travail organisé avant les départs en congé (discutable au regard de la loi, mais passons...) ou le repas de service qui nous fait craindre d'être installé à côté de la comptable qu'on déteste et face au collaborateur fort en blagues douteuses qui ne font rire que lui.

 

Dans une étude que nous révélons sur Noël en entreprise, faite par l'institut YouGov pour Marco Vasco*, spécialiste du voyage sur mesure, il apparaît que pour un Français sur deux ce rendez-vous est d'abord « un moment de convivialité entre collègues ». Yann, technicien de laboratoire, est d'accord. « On se marre plutôt bien lors du repas de fin d'année. Après, je dois bien reconnaître que je reste un peu sur mes gardes. Mon responsable est quand même présent et je n'ai pas envie de faire une bourde. On n'est pas non plus entre potes. On ne peut pas dire ou faire n'importe quoi. »

 

Dommage, car pour 20 % des personnes interrogées c'est aussi l'occasion de connaître leurs camarades « sous un nouveau jour ». « Oui, enfin... c'est lors d'un repas de Noël que j'ai appris que mon associé allait dans des clubs échangistes. J'aurais préféré ne jamais le savoir, mais il est certain que je le regarde avec un autre œil », rigole Anne, avocate.

 

Très peu attendent un geste de leur employeur

 

Autre info : un Français sur quatre à l'intention de faire un cadeau à un(e) collègue de travail. Sur le terrain, ce sont les assistant(e)s qui sortent du lot et qui feront l'objet de toutes les attentions. Le produit phare qui leur sera offert : la boîte de chocolats. « Je ne sais pas comment je ferais sans elle. Elle règle tous mes problèmes de planning ou autres. C'est une perle, et ces fêtes de fin d'année sont un bon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant