Des Bouddhas sur les abattants de cuvettes WC sèment la discorde

le
0
Des Bouddhas sur les abattants de cuvettes WC sèment la discorde
Des Bouddhas sur les abattants de cuvettes WC sèment la discorde

Quel meilleur endroit que les toilettes pour être zen... quitte à s'asseoir sur le blasphème ? Un pas à ne pas franchir pour la communauté bouddhiste Theravada Lao, qui regroupe environ 100 000 fidèles dans toute la France. Elle est à l'initiative d'une pétition lancée en début d'année, visant à faire retirer l'image de Bouddha des abattants de cuvettes WC, fabriqués par certains industriels. Ce document qui pointe « l'irrespect à l'égard du support de foi de millions de bouddhistes » a déjà été signé par 15 000 personnes, et adressé à huit sociétés fabriquant cet accessoire.

« Pour les bouddhistes, cette image est sacrée. Il ne viendrait à l'idée de personne de faire figurer le Christ ou Mahomet sur des abattants de WC, estime Fabrice Liva, de la Maison du Laos -- qui regroupe 39 associations. Pour les bouddhistes comme pour la majorité des cultures, l'association d'une image ou d'un symbole vénéré à tout élément symbolisant l'abject, le répugnant, le méprisable, l'infâme (NDLR : ici, les sanitaires) est inacceptable ! » Sans compter l'aspect mercantile qui ne colle pas « aux valeurs bouddhistes ».

Que disent les industriels ? Olfa, fabricant français, a depuis longtemps retiré Bouddha de la production. « Nous avions été sollicités il y a deux ans pour ce problème, nous avons donc décidé, par respect pour les bouddhistes, de supprimer ce produit de notre catalogue », indique-t-on à la direction. Qui se prive d'une poule aux œufs d'or, puisque l'objet représentait 2 000 ventes par an, sur 200 000 au total.

De son côté, Wirquin n'a pas encore eu vent de cette pétition. « Nous avons eu une remarque d'un client, mais sans plus », indique le service communication. Qui confirme que Bouddha a ses adeptes : Wirquin a vendu 10 000 abattants de cette collection -- 50 € pièce environ -- depuis 2013. « C'est un best-seller. Il n'y a pas d'esprit caricatural, on répond à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant