Des bières et des clous pour s'offrir des buteurs

le
0
Des bières et des clous pour s'offrir des buteurs
Des bières et des clous pour s'offrir des buteurs

Pour pouvoir payer le transfert de deux de leurs potes du village d'à côté, les joueurs d'une équipe de la dernière division de Belgique ont décidé d'organiser une soirée. Mais là où la plupart se limiterait à foutre de la musique et trois-quatre spots, ils ont préféré organiser un tournoi de beer pong ! 32 équipes pour 63 matchs dans la chaleur d'une buvette au fond de laquelle les Diables rouges tentaient vainement d'intéresser quelques supporters...

Buée sur les vitres, photos des personnages illustres du club, coupes et tableau de résultats : la buvette de « Sinsin » ne se distingue a priori pas des autres de la région. Et pourtant, ce soir, les gars du coin se sont rassemblés pour un tournoi bien particulier : le beer pong. Oui, ce tennis de table de chopes a déjà bien bourlingué depuis sa création chez les amis ricains. Fort populaire dans la région, le beer pong est plutôt simple à comprendre : deux équipes de deux joueurs s'affrontent de part et d'autre d'une table d'environ 1m50. De chaque côté, 10 bières à moitié remplies. Chacun à son tour va balancer une balle de ping pong en visant bien entendu les verres adverses. Si ça tombe dedans, c'est l'autre équipe qui trinque. Bizarrement, c'est donc le duo qui gagne qui est le moins ivre à la fin du tournoi.
« C'est quoi cette balle rose ? »
Pour le moment, rien de complètement fou, mais là où cela devient intéressant, c'est que l'intégralité des fonds récoltés aux inscriptions et au bar va servir à payer le transfert de Pech et Lio, deux attaquants du village d'à côté. « Je suis d'accord sur le principe de faire une soirée pour transférer les deux gars, s'enthousiasme Julien, capitaine de Sinsin B réputé pour sa poigne, moins pour son pied gauche. Mais je n'aime pas trop le côté bibine, le fait que ce soit de l'alcool qui transfère les joueurs. » À côté du traditionnel souper spaghetti, c'est néanmoins un événement original et qui fait bien entendu venir des gens qui ne connaissent ni d'Eve ni d'Adam les deux joueurs de Sinsin B. Tous les deux issus du village d'à côté, ils ont été transférés cet été pour 250€ chacun. Pour une petite équipe de P4 (le plus bas échelon du Royaume), c'est difficile de se permettre ces dépenses, c'est donc Jeroen qui a lancé l'idée de ce tournoi pour que ses potes puissent venir jouer de l'autre côté de l'autoroute.

La soirée est lancée, c'est une véritable Coupe du monde qui se joue : 8 groupes de 4, des favoris, d'autres qui viennent comme le ferait Trinidad-et-Tobago, pour perdre, mais prendre du plaisir. À la table 4, Willy et Florian vont entamer leur deuxième match, le premier ayant été perdu, « mais contre les favoris hein, des machines ! » C'est à Willy de lancer, on sent toute sa concentration, puis d'un seul coup : « C'est quoi cette balle rose ?...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant