Des Belges sous pression, sans passion

le
0

Dans le groupe B, Belges et Gallois ont été incapables de se séparer autrement qu'à 0-0. Les Diables Rouges payent un manque d'envie et de cohérence offensive. La bonne affaire est pour les coéquipiers de Gareth Bale.
Belgique - Pays de Galles
(0-0)



Quand une équipe ne veut pas perdre et qu'une autre n'arrive pas à se montrer collectivement dangereuse, que se passe-t-il ? Rien. Ou presque, comme un sauvetage miraculeux du gardien gallois dans les dernières secondes. C'est malheureusement le triste déroulé de l'affrontement entre les Diables Rouges et les Dragons du Pays de Galles. Les jaunes, leader du groupe B, ne souhaitent pas prendre le moindre risque et laissent Bale faire ce qu'il peut devant. La Belgique, troisième, a besoin de se rassurer mais n'a jamais prouvé qu'elle pouvait prétendre à la 3e place du classement FIFA. Bien au contraire. Trois points derrière le Pays de Galles avant la rencontre (et un match de moins), les Belges restent même à distance et peuvent voir Israël provisoirement s'échapper en tête. Marc Wilmots avait défini un chantier principal : la défense, fébrile encore en amical en semaine contre une équipe B de l'Islande. Sans Kompany, Alderweireld et Lombaerts forment la charnière centrale. Le sélectionneur n'a pas apprécié le dernier match et a prévenu : " Mercredi, les deux arrières latéraux sont parfois montés en même temps. C'est interdit ! L'animation défensive ne m'a pas satisfait. " Alors, ce soir, c'est solidité avant tout. Ce qui n'est pas évident au premier abord, lorsque l'arrière-garde d'outre-Quiévrain s'embrouille toute seule et que Vertonghen est obligé de revenir en catastrophe sur Bale.
Y a pas que Hazard
Mais rapidement, c'est surtout l'animation offensive des Diables Rouges qui intrigue. Seul Eden Hazard semble avoir le droit de provoquer, de lancer les mouvements, d'agiter les solides lignes formées par les jaunes. Cela donne de bonnes choses, mais le coup franc du joueur de Chelsea est dévié par le mur, Chadli manque son duel devant Hennessey, Origi glisse... Et de Bruyne, posté plus bas, attend que cela se passe. Le joueur au visage de poupon ne se met en avant qu'à de rares occasions. Mais son coup franc, peu avant la pause, confirme bien que le meilleur agitateur des Belges pourrait - devrait ? - être l'homme de Wolfsbourg. Le plus beau geste des 45...








Belgique - Pays de Galles
(0-0)



Quand une équipe ne veut pas perdre et qu'une autre n'arrive pas à se montrer collectivement dangereuse, que se passe-t-il ? Rien. Ou presque, comme un sauvetage miraculeux du gardien gallois dans les dernières secondes. C'est malheureusement le triste déroulé de l'affrontement entre les Diables Rouges et les Dragons du Pays de Galles. Les jaunes, leader du groupe B, ne souhaitent pas prendre le moindre risque et laissent Bale faire ce qu'il peut devant. La Belgique, troisième, a besoin de se rassurer mais n'a jamais prouvé qu'elle pouvait prétendre à la 3e place du classement FIFA. Bien au contraire. Trois points derrière le Pays de Galles avant la rencontre (et un match de moins), les Belges restent même à distance et peuvent voir Israël provisoirement s'échapper en tête. Marc Wilmots avait défini un chantier principal : la défense, fébrile encore en amical en semaine contre une équipe B de l'Islande. Sans Kompany, Alderweireld et Lombaerts forment la charnière centrale. Le sélectionneur n'a pas apprécié le dernier match et a prévenu : " Mercredi, les deux arrières latéraux sont parfois montés en même temps. C'est interdit ! L'animation défensive ne m'a pas satisfait. " Alors, ce soir, c'est solidité avant tout. Ce qui n'est pas évident au premier abord, lorsque l'arrière-garde d'outre-Quiévrain s'embrouille toute seule et que Vertonghen est obligé de revenir en catastrophe sur Bale.
Y a pas que Hazard
Mais rapidement, c'est surtout l'animation offensive des Diables Rouges qui intrigue. Seul Eden Hazard semble avoir le droit de provoquer, de lancer les mouvements, d'agiter les solides lignes formées par les jaunes. Cela donne de bonnes choses, mais le coup franc du joueur de Chelsea est dévié par le mur, Chadli manque son duel devant Hennessey, Origi glisse... Et de Bruyne, posté plus bas, attend que cela se passe. Le joueur au visage de poupon ne se met en avant qu'à de rares occasions. Mais son coup franc, peu avant la pause, confirme bien que le meilleur agitateur des Belges pourrait - devrait ? - être l'homme de Wolfsbourg. Le plus beau geste des 45...







...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant