Des banquiers s'invitent dans les classes d'école

le
0

A l'occasion de la semaine européenne de l'argent, des banquiers sont invités dans des classes de CM1/CM2 à donner une éducation financière et budgétaire aux enfants.

Wall Street s'invite à l'école. A l'occasion de la semaine européenne de l'argent organisée par la Fédération bancaire européenne, lancée du 9 au 13 mars dans 22 pays, «Les clés de la banque» mettent en route l'opération «J'invite un banquier dans ma classe».

Au programme, un professeur, une classe de CM1/CME, un jeu de plateau et... un banquier. Durant une heure, les enfants vont apprendre à bien gérer leur argent. «L'opération existe depuis cinq ans en Hollande», explique Anne-Catherine Derck, qui pilote le programme d'éducation financière «Les clés de la banque». A l'aide du plateau et de cartes questions-réponses, les écoliers répartis en petit groupe doivent atteindre le magasin de souvenirs avant que le rideau ne se ferme.

Des cartes achats leur permettent de s'interroger sur des situations du quotidien. Ils devront par exemple répondre à cette proposition: «J'adore le dernier jeu vidéo qui vient de sortir. Il coûte 70¤. Dans ma tirelire, j'ai justement 70¤. Avant de l'acheter, à quoi dois-je réfléchir?». A chaque question correspond une réponse. «Il n'y a pas de mauvais comportement. On propose les différentes possibilités, précise Anne-Catherine Derck. Il y a un vrai besoin d'éducation financière à l'école. Le projet pilote a été construit avec des professeurs et un ludologue», ajoute la directrice du projet.

Un quiz pour les enfants, une charte de déontologie pour les banquiers

A l'origine prévu pour 25 classes, le projet concerne désormais cinquante-cinq. «Pour cette tranche d'âge, c'est un moment clé dans leur rapport avec l'argent, ajoute la directrice du projet. Ils vont commencer

à acheter au collège donc on veut anticiper». Les banquiers sont volontaires. «Ce cadre exclut toute démarche commerciale», assure le programme. «On ne cite pas le nom de leurs organismes, on ne donne pas de conseils ou de noms de produits. On informe», affirme Anne-Catherine Derck. Les banquiers signent une charte déontologique et n'animent pas la séance. Le professeur mène le jeu et le banquier n'intervient que «pour expliquer des points plus techniques».

Afin de mesurer «l'acquisition des compétences» des enfants, un quiz est organisé à la fin de chaque séance. A terme, le programme aimerait «étendre l'opération à toute la France pour en faire un dispositif national».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant