Des avocats opposés au projet parisien des Batignolles

le
7
Ils contestent devant le tribunal administratif la construction du futur palais de justice dans le XVIIe arrondissement de Paris.

Le futur palais de justice qui doit sortir de terre dans le quartier des Batignolles d'ici à 2017 ne fait pas que des heureux. Du côté des avocats, en particulier, on n'apprécie guère de devoir quitter le centre historique de la capitale pour atterrir en bordure du boulevard périphérique. La Chancellerie, jeudi, évoquait de son côté une «mise à plat» du dossier, conclu par l'ancien garde des Sceaux, afin d'avoir une vision claire du projet et de ses implications. Conclusions attendues en principe avant la fin du mois de juillet.

En mars, lors du questionnaire organisé par le barreau de Paris, les avocats s'étaient prononcés à une large majorité (64 %) contre ce déménagement. Et, le 13 avril dernier, l'association «La justice dans la Cité» contestait devant le tribunal administratif la signature du contrat de partenariat public-privé (PPP) entre l'État et le groupe Bouygues chargé de la construction du futur Palais de justice.

Cette tour «verte» de 160 m imaginée par le célèbre architecte Renzo Piano, et dont les travaux ne devraient pas démarrer avant 2013, est qualifiée de «projet d'arrière-garde, ruineux, polluant et arrogant» par Cyril Bourayne, le président de l'association. D'après lui, le coût de réalisation estimé à 575 millions d'euros est loin de refléter la réalité. «Le PPP représentera une charge de 1,666 milliard d'euros sur 27 ans. On sait que ce genre de contrat coûte toujours 30 % plus cher et on arrivera au final à plus de 2 milliards», dénonce l'avocat.

Insuffisamment desservi par les transports en commun, incapable de respecter le Grenelle de l'environnement, le futur Palais de justice, qui doit rassembler l'ensemble des services du tribunal de grande instance actuellement répartis sur cinq sites, serait en outre trop petit, selon Me Bourayne. «62 000 m² contre 50 000 m² sur l'île de la Cité sachant qu'aux Batignolles, il faudra en plus intégrer les 20 tribunaux d'instance.»

L'association, qui a reçu le soutien du sénateur et ancien ministre de la justice Robert Badinter - il qualifie le projet d'«absurdité» -, estime qu'une autre solution est possible. «Il suffirait de réaménager les locaux actuels et notamment les 11 000 m² d'archives qui ne servent plus, souffle Me Paul-Albert Iweins, le président d'honneur de l'association. Et pourquoi pas envisager une extension du côté de l'Hôtel-Dieu, comme cela a été un temps évoqué?» Ou même intégrer les locaux de la police judiciaire qui doit elle aussi déménager. Bref, faire mieux pour beaucoup moins.

 

LIRE AUSSI:

» Les Batignolles - un Palais de justice ultramoderne en 2017

» Urbanisme - Anne Hidalgo veut un Paris plus haut

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières à Paris avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • muck12 le dimanche 24 juin 2012 à 10:08

    des imbeciles

  • berco51 le samedi 23 juin 2012 à 09:09

    Dernier cadeau de Sarko à son pote Martin ( Bouygues ) . Le contribuable paiera .

  • FC92 le vendredi 22 juin 2012 à 13:29

    Les pauvres, quitter le centre de Paris pour la périphérie... autant dire chez les bouseux! Y en a qui vivent vraiment sur une autre planète!

  • nab1234 le vendredi 22 juin 2012 à 12:35

    meme les trders ne sont plus au palais brongniard mais à la defence cela ne les a pas rendu malheureux pour autant.

  • nab1234 le vendredi 22 juin 2012 à 12:33

    si c si cher qu'il aillent en banlieumaintenant les avocats se soucis du grenelle de l'environement et veulent garder leur confort du centre ville

  • M6860185 le vendredi 22 juin 2012 à 12:28

    ces retards sont un scandale couteux : pour le moment le palais de justice est installé dans des locaux historiques inadaptés donc moins productifs. Ensuite il s'agit de l'Ile de la Cité, haut lieu touristique qui pourrait générer beaucoup d'emplois. Qui est aux commandes ?

  • bercam01 le vendredi 22 juin 2012 à 12:05

    Un salarié qui refuse une mutation géographique même lointaine est viré. Que fera le conseil de l'Ordre si les baveux refusent d'emménager dans le 17°, ils seront radiés du Barreau ?