Des ateliers pour réapprendre les bases de l'écriture aux collégiens

le
0
Un professeur de la banlieue parisienne travaille à une méthode pour enseigner les bases de l'écriture à ses élèves de 6e et de 3e.

Il est de cette génération de jeunes professeurs qui sont arrivés là sans a priori idéologique. Juste par amour des lettres et par envie de transmettre. Quand Marc-Olivier Vidal-Sephiha est arrivé au collège Georges-Pompidou de Villeneuve-la-Garenne, classé en «prévention violence», il avait certes lu quelques livres sur la question scolaire, mais il ne savait pas réellement à quoi s'attendre. «Le premier choc, explique-t-il, s'est produit à la lecture des copies.» Au départ, une dictée à destination de ses élèves de 6e, extraite de L'Étranger de Camus. Et cette phrase, «Lui est entré dans l'eau doucement», qui devient sous la plume des élèves, au choix, «I rante doume», «lui tétentré dans l'eau» ou «lui tentré doucement».

Mots disparus corps et biens

Dans les copies de 3e, les phrases, extraites de Maupassant, ressemblent à celles-ci: «Puis je me chouche et jatent comme on atendrai le bouro» ou «j'attend le sommeille comme on n'attenderé le d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant