Des associations interpellent Jean-Marc Ayrault sur les Roms

le
5
DES ASSOCIATIONS INTERPELLENT JEAN-MARC AYRAULT SUR LES ROMS
DES ASSOCIATIONS INTERPELLENT JEAN-MARC AYRAULT SUR LES ROMS

PARIS (Reuters) - Une dizaine d'associations en appellent au Premier ministre français Jean-Marc Ayrault après les déclarations de Manuel Valls affirmant que les Roms ne souhaitent pas s'intégrer et dénoncent des orientations uniquement répressives.

La "Voix des Rroms" avait déjà dénoncé vendredi dernier les prises de position du ministre de l'Intérieur en menaçant de porter plainte pour discrimination raciale, tandis que SOS-Racisme avait dénoncé une "stigmatisation honteuse."

Dans une lettre à Jean-Marc Ayrault, rendue publique mardi, la Fondation Abbé Pierre, Emmaüs, ATD Quart-monde et la FNARS, notamment, estiment que les propos de Manuel Valls ne visent qu'à justifier la reprise des "démantèlements" de bidonvilles.

"La stigmatisation de ces familles particulièrement démunies par un membre de votre gouvernement, en attisant les réactions de rejet, est contraire aux valeurs de la République", écrivent-elles.

Selon les signataires, l'orientation "strictement répressive" du ministre de l'Intérieur est contraire aux propos tenus précédemment par Jean-Marc Ayrault, auquel elles réclament un nouvel entretien.

Dans Le Figaro de vendredi dernier, Manuel Valls estimait que les Roms "ne souhaitent pas s'intégrer dans notre pays pour des raisons culturelles ou parce qu'ils sont entre les mains de réseaux versés dans la mendicité ou la prostitution".

Il disait partager les propos du Premier ministre roumain, Victor Ponta, qui aurait assuré que les Roms "ont vocation à rester en Roumanie, ou à y retourner".

Selon Manuel Valls, environ 20.000 Roms originaires de Roumanie et de Bulgarie vivent actuellement en France dans 400 campements insalubres installés en toute illégalité.

"Dans ce contexte particulièrement inquiétant, les associations craignent une accélération des évacuations de bidonvilles sans solution", écrivent les auteurs de la lettre au Premier ministre.

La "Voix des Rroms" rappelle que Manuel Valls avait déjà multiplié dans une précédente interview "les références à la délinquance, aux trafics, à la prétendue non-acceptation des Roms par les habitants des quartiers populaires touchés par la crise."

Gérard Bon, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5845659 le mardi 19 mar 2013 à 16:21

    Le ministre a tout à fait raison et en plus ce n'est pas à la France de s'occuper d'eux.Ils sont Roumains ou Bulgares alors cela suffit.La France doit se redresser par le travail il faut donc renvoyer tous ces gens qui profitent de notre système pour vivre à nos dépend.Pour les associations qu'ils paient avec leurs deniers.

  • M4630217 le mardi 19 mar 2013 à 16:01

    "Familles démunies" ? On se fou de qui ! Après chaque perquisition on trouve des dizaines de milliers d'euros. Que ces associations qui reçoivent beaucoup de nos impôts s'occupent des " vrais pauvres" , on en trouve assez comme çà.

  • LeRaleur le mardi 19 mar 2013 à 15:51

    C'est bien, accueillez toute la misère du monde, et vous allez en crever. La misère... mais après vous.

  • brinon1 le mardi 19 mar 2013 à 15:50

    il n'y avait pas de roms jadis, il y a quelques années, en France, pourquoi en aurait il davantage désormais ?

  • M6749774 le mardi 19 mar 2013 à 15:45

    Bravo, il faut acceuillir toute la misère du monde. Que les responsables des différentes associations en question commencent d'ailleurs à les acceuillir chez eux, avec leur famille avant d'être généreux avec l'argent des autres.