Des applis pour réconcilier les Français et la politique

le
0
Des applis pour réconcilier les Français et la politique
Des applis pour réconcilier les Français et la politique

Et si le geek était l'avenir du politique ? Il y a ceux de Voxe.org, qui proposent des comparateurs de programmes pendant les campagnes électorales. Ceux de Belem, qui travaillent à rendre le vote électronique plus fiable et moins coûteux. L'application Tell my City permet pour sa part de faire remonter à ses élus municipaux des dysfonctionnements ou de suggérer des idées en matière de propreté, de voirie ou de sécurité... Autant d'intermédiaires bienvenus pour des élus en mal de lien avec leurs concitoyens. Tout ce petit monde — la « CivicTech » en langage d'initié — est invité à l'Assemblée nationale cet après-midi par la secrétaire d'Etat chargée du Numérique, Axelle Lemaire.

Sous les dorures de l'hôtel de Lassay, la résidence officielle du président de l'Assemblée, Claude Bartolone, qui accueille l'événement, six start-up présenteront aux députés leurs innovations en matière de transparence de la vie publique et de démocratie participative. « Nous avons la responsabilité de regarder ces solutions, parce que l'alternative, c'est la montée des populismes et des extrémismes, qui se nourrissent de la défiance et de la désillusion des citoyens », plaide Axelle Lemaire.

Celle-ci compte d'ailleurs mettre à profit ces nouveaux outils pour la présidentielle de 2017. Lors du « mardigital » organisé cet après-midi à l'Assemblée, la secrétaire d'Etat demandera l'organisation d'une « primaire des idées ». Ambition : élaborer un programme commun de la gauche en vue de la présidentielle de 2017. Une gageure, vue l'ampleur des divisions... La secrétaire d'Etat veut consulter les responsables des différents partis, des représentants de la société civile et des citoyens, à l'automne, via une plate-forme numérique.

Un collège représentatif devra ensuite faire la synthèse des propositions. « Ce ne sont pas des partis politiques, dans des salles obscures, entre représentants de motions, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant