Des Anonymous revendiquent l'attaque du site Internet du ministère de la Défense

le
0
Des Anonymous revendiquent l'attaque du site Internet du ministère de la Défense
Des Anonymous revendiquent l'attaque du site Internet du ministère de la Défense

«Page Web inaccessible». Pendant plusieurs heures ce mardi, voilà le type de message sur lequel ont pu tomber les internautes lorsqu'ils essayaient d'accéder au site Internet du ministère de la Défense. Sur Twitter, le groupe de hackers «Anonymous OpGPII (Opération contre les grands projets inutiles et imposés)» a revendiqué cette attaque «à la mémoire de Rémi Fraisse», le militant écologiste qui a été tué le 26 octobre par une grenade sur la site du barrage de Sivens. 

«Le site a été inaccessible entre 10 heures et 12 h 30», a indiqué le ministère de la Défense, contacté par LeParisien.fr. «Le site a depuis été rétabli mais il reste encore inaccessible par intermittence.» Dans les faits, il s'avérait encore très difficile d'accès en milieu d'après-midi.

 TANGO DOWN

Ministère de la Défense

http://t.co/NXq1E6FyS1

http://t.co/NJqtTo769e

#OpGPII #OpTestet #RemiFraisse #ZAD pic.twitter.com/9yedrghJ7P-- Anonymous OpGPII (@OpGPII) January 6, 2015

«Il ne s'agit pas d'un piratage informatique, a précisé le Ministère de la Défense, mais il y a la suspicion d'une attaque par déni de service.» En clair, les personnes à l'origine de l'attaque n'auraient pas modifié le contenu du site Internet. En revanche, il était impossible d'y accéder en raison d'un nombre trop important de requêtes provoquant une saturation des serveurs. «Le Centre d'analyse en lutte informatique défensive (Calid) mène l'enquête et devrait livrer ses conclusions d'ici 24 à 48 heures. On attend les résultats pour décider ensuite d'un éventuel dépôt de plainte.»

Notre-Dame-des-Landes, le Center

En novembre dernier, des Anonymous s'étaient attaqués à une trentaine de sites Internet liés du département du Tarn, maître d'oeuvre du projet du barrage de Sivens. Début décembre, ils ont également annoncé sur les réseaux sociaux leur volonté d'agir contre toute une série ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant