Des Anglais flippants ?

le
0

Clairement dominés par des équipes françaises supérieures, Tottenham et Arsenal ont donné, à l'échelle européenne, des signes d'inquiétude quant au niveau des membres la Premier League. City n'ayant pas gagné non plus, Leicester apparaît comme un moteur britannique bien pâle. Sauf que tout cela n'est que circonstanciel.

Une défaite logique à Monaco (2-1) pour commencer. Une victoire à l'arraché contre Bruges (2-1) à domicile pour tenter de rehausser le score. Puis deux nuls insipides face à Paris (2-2) et au Borussia Mönchengladbach (1-1) pour conclure le triste tableau. Six buts inscrits, six concédés en quatre rencontres. Vu comme ça, le bilan en Ligue des champions des membres de la Premier League, parfois présentée comme le meilleur championnat du monde, semble bien fade. Surtout si on l'observe de plus près.


Car 24 heures après que la grosse chute des Spurs sur un Rocher bien trop solide pour eux, les Gunners buvaient la tasse devant un Paris Saint-Germain nettement supérieur, qui leur a offert deux gentils cadeaux pour exister. Pendant ce temps, les Sky Blues ne parvenaient pas à faire la différence en Allemagne, malgré un effectif qui coûtait à peu près cent fois le prix de celui de son adversaire sur le papier. En d'autres termes, les Anglais ont été plutôt nuls, et les locomotives que sont censés représenter City, Arsenal et Tottenham n'ont pas fait honneur à leur réputation.

Les Foxes comme chefs de file ?


Résultat : les hommes de Mauricio Pochettino sont purement et simplement éliminés, ceux de Pep Guardiola termineront deuxièmes de la poule et pourraient encore se coltiner un gros poisson en huitième, alors que ceux d'Arsène Wenger sont condamnés à la même sentence – pour espérer finir devant Paris, il faudrait que la troupe d'Unai Emery réalise un faux-pas à domicile contre le modeste Ludogorets. C'est donc l'équipe de Claudio Ranieri qui s'en sort le mieux, avec treize points sur quinze, un seul pion encaissé et une place de leader incontestée. Leicester, le champion à la ramasse au niveau national, quatorzième à deux points de la zone de relégation, est ainsi devenu le moteur et la meilleure publicité à l'échelle européenne du football britannique.

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant