Des aménagements pour faciliter le maintien à domicile

le
0
La luminosité est primordiale dans la cuisine qui idéalement comporte un plan de travail adapté à hauteur de la taille de la personne à mobilité réduite. GDP Vendôme
La luminosité est primordiale dans la cuisine qui idéalement comporte un plan de travail adapté à hauteur de la taille de la personne à mobilité réduite. GDP Vendôme

(Relaxnews) - Alors que les Français retardent de plus en plus leur entrée en maison de retraite GDP Vendôme, positionné sur le marché des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), délivre les clés pour un logement adapté à la perte de mobilité.

Selon le degré d'autonomie d'une personne qui souhaite rester à domicile, trois points importants doivent être pris en compte, "la visibilité, l'équilibre et le maintien", explique le docteur Jean-Marie Vetel, gériatre de GDP Vendôme à la tête de trente établissements consacrés à l'hébergement des personnes âgées dépendantes.

Mais avant de songer à lancer de grands travaux d'élargissement des portes, ou de changement de baignoire par une douche à l'italienne, des aménagements simples et peu couteux peuvent être réalisés. Comme commencer par protéger une entrée en cas d'intempéries et retirer les obstacles à l'extérieur de l'habitation : paillasson trop épais, pots de fleurs ou revêtements de sols trop glissants.

Adapter la salle de bains

Pour réaliser sa toilette sans se fatiguer et sans se cogner à de nombreux obstacles, la salle de bains doit être conçue pour s'y tenir en position assise ou accueillir un fauteuil roulant. Le lavabo est donc rehaussé, le siphon et le tuyau d'évacuation sont retirés pour laisser l'espace libre en-dessous, et la température du mitigeur bloquée pour éviter les brûlures. Des barres d'appui sont positionnées à certains points stratégiques des murs. Les sols sont rendus moins glissants grâce à une surface antidérapante en entrée et sortie de tout espace de toilette, et dans la baignoire. Un siège pivotant et repliable évite aussi les chutes.

Rendre la cuisine moins dangereuse

La luminosité est primordiale dans la cuisine qui idéalement comporte un plan de travail adapté à hauteur de la taille de la personne à mobilité réduite. À défaut, les rangements doivent être facilement accessibles. Les emplacements des ustensiles doivent être à nouveau pensés en limitant les efforts quotidiens. Du coup, les tiroirs sont à privilégier aux portes de placard, car ils sont plus aisés à tirer vers soi et à repousser. Et pour éviter les risques d'accident, les zones de cuisson par exemple sont au plus près du plan de travail afin de ne pas porter de choses lourdes ou brûlantes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant