Des allocations familiales amputées pour 500 000 foyers

le
38
10 % des bénéficiaires voient le montant de leurs prestations mensuelles diminuer de 127 euros en moyenne.
10 % des bénéficiaires voient le montant de leurs prestations mensuelles diminuer de 127 euros en moyenne.

L'enterrement a lieu ce mercredi, sans fleurs ni couronnes. Effective depuis le 1er juillet, la fin de l'universalité des prestations familiales se traduit désormais dans le montant des allocations touchées par les foyers. Elles sont pour la première fois modulées en fonction des revenus : quelque 485 000 familles (10 % des bénéficiaires selon la Caisse nationale des allocations familiales, Cnaf) voient leur montant diminuer de 127 euros en moyenne.

Défendue comme une mesure de "justice sociale" par le gouvernement, la décision a provoqué une véritable levée de boucliers à droite, chez les syndicats, les associations familiales et jusque dans les rangs de la gauche. De fait, elle est hautement symbolique : depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le même montant était versé à tous les ménages à partir de deux enfants (129,35 euros avant la réforme). Les adversaires de la modulation s'indignent du coup porté à une politique familiale pourtant souvent louée pour avoir aidé au maintien d'un taux de fécondité de deux enfants par femme. Ils craignent, en outre, que la mesure n'ouvre une boîte de Pandore : à quand la mise sous condition de ressource des remboursements maladie ?

Les plus hauts revenus touchés

Le gouvernement tâche comme il peut de rassurer : "Pour 90 % des familles, cela ne changera rien", affirmait récemment la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine devant les députés. "Les allocations restent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2941863 le jeudi 6 aout 2015 à 10:08

    La vérité déplait... et les posts sautent... c'est çà la démocratie en RIpoublique bannanière...

  • kpm745 le jeudi 6 aout 2015 à 07:34

    Il faut supprimer les allocations tout court, cela fera déjà des fonctionnaires en moins

  • neutro le mercredi 5 aout 2015 à 20:15

    @jprabier: effectivement, avec votre solution, dans 6 mois, la France se trouvera dans la même situation que la Grèce et on aura bien d'autres sujets de discussions que les allocs...

  • jprabier le mercredi 5 aout 2015 à 19:20

    Qu'on double le smic et que seul ce qui n'ont aucun revenu touche les alloc et le problème sera réglé

  • le-brisc le mercredi 5 aout 2015 à 18:44

    @M467862 A un moment, vu la tournure que prend la chose, ça va être dur d'expliquer aux classes "supérieures" qu'elles ont des charges de malade pour avoir droit aux mêmes avantages que s'ils vivaient aux USA...

  • le-brisc le mercredi 5 aout 2015 à 18:40

    @jcaumon2 ok pour réduire les dépenses sociales mais pour tout le monde!!! Encore une fois, ce sont ceux qui contribuent le plus au système qui en sont écartés. Je n'ai aucun soucis pour que les allocations familiales soient réduites mais alors il faut le faire pour tout le monde. Dans ce pays, il est temps qu'on mette tout le monde à contribution pour redresser la barre et pas toujours les mêmes depuis 40 ans!

  • pmessag2 le mercredi 5 aout 2015 à 15:11

    A la relecture, beaucoup de fautes de frappe. Désolé

  • pmessag2 le mercredi 5 aout 2015 à 15:08

    ... l'impôt est déjà là pour jouer son rôle redistribuer, et le fait largement. Donc, tout le reste n'a pas à être lié aux ressources, dont d'ailleurs l'intégralité n'est pas retenue.Effectivement je redoute demain que ma prise en charge par l'assurance maladie ne soit liée à les revenus, lesquels sont intégralement soumis à cotisations d'ailleurs.

  • delg le mercredi 5 aout 2015 à 14:10

    vraiment un pays d assiste....... meme quand ils ont un boulot et des gosses ils touchent des subventions

  • jcaumon2 le mercredi 5 aout 2015 à 11:57

    pareil pour la sécu? pourquoi pas ? on ne peut pas hurler qu'il faut réduire les dépenses sociales et hurler quand ça nous touche, il faut être cohérent, on est libéral ou on ne l'est pas! et je suis un libéral (social) convaincu.