Des algues japonaises envahissent la côte américaine

le
0
La biodiversité locale pourrait disparaître avec les espèces invasives venu du pays du soleil levant.
La biodiversité locale pourrait disparaître avec les espèces invasives venu du pays du soleil levant.

Les algues transportées avec les déchets du tsunami envahissent les côtes américaines.


La pollution marine et les déchets de Fukushima pourraient semer la panique dans l'écosystème de l'Oregon (États-Unis). C'est un morceau de quai de 20 mètres de long qui a fini, comme tant d'autres déchets de la catastrophe de Fukushima le 11 mars 2011, qui a dérivé inexorablement jusqu'aux États-Unis. Les scientifiques ont dénombré une totalités de 90 espèces d'algues, mollusques et organismes marins divers et variés sur ce quai qui s'est échoué sur la plage d'Agate, à Newport, le 5 juin dernier.


Générés par le tsunami puis charriés par le vent et les courants, des milliers de déchets transportant avec eux des espèces invasives pourraient détériorer certains écosystèmes déjà fragilisés par la pollution marine. « C'est un peu comme des flèches tirées dans le noir. Certaines d'entre elles pourraient atteindre leurs cibles », avait commenté en juin dernier le professeur John Chapman, spécialiste des espèces invasives à l'Oregon State University Hatfield Marine Science Center (États-Unis) cité par nos confrères du Guardian.



Bouleversement dans la biodiversité


Outre les algues wakame qui ont d'ores et déjà commencé à proliférer, les scientifiques sont inquiets d'une possible propagation d'une étoile de mer, l'Asterias amurensis, et de crabe japonais. Ces trois espèces ont la capacité de se répandre très rapidement en prenant le dessus sur les autres espèces, entraînant leur disparition. Le wakame pousse dans tous les interstices et sur tous les supports, s'incrustant partout dès que possible et bloquant les rayons du soleil bénéfiques pour les autres espèces, l'Asterias amurensis, possède quant à elle un appétit féroce éliminant un grand nombre de proies qui font actuellement le bonheur de certaines espèces natives de l'Amérique du Nord. Enfin, le crabe japonais se reproduit à une vitesse effarante et aura tôt fait de ne plus laisser de ressource aux crabes locaux.


Les autorités en sont déjà, et on les comprend, à la mise en place d'un plan pour éliminer le morceau de quai gênant. Ces quelque 130 tonnes seront coupées en cinq morceaux, dont un sera érigé comme mémorial pour les victimes du tsunami. Un hommage « vivant » a la catastrophe.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant