Des agriculteurs bretons vendent des weeks-end à la ferme

le
1

Via leur site de vente en ligne Terres de Bretagne, ils proposent des courts séjours à la ferme. L'idée est de balayer les idées reçues, mais elle peut aussi être un complément de revenus pour les agriculteurs.

Valoriser la Bretagne, et les agriculteurs qui y vivent. Voilà l'objectif du site Terres de Bretagne lancé en septembre dernier par un collectif d'agriculteurs bretons, tous adhérents du réseau Bienvenue à la ferme. Au programme, des courts séjours à la ferme de 1 à 5 jours, des hébergements dans les propriétés des agriculteurs et des activités en rapport avec les propriétaires.

L'idée est née en 2014. Des adhérents du réseau en Bretagne, tous agriculteurs en circuits courts, veulent valoriser leurs savoirs faires auprès du grand public. Ils décident donc d'amener les gens à leur rencontre et créent un site de vente en ligne de séjours packagés. Le principe est simple: en plus d'un hébergement pour une ou plusieurs nuitées, l'agriculteur qui reçoit propose également une activité en rapport avec ses passions. «C'est très diversifié, explique Michaël Tremel, chargé de développement chez Bienvenue à la ferme. Ça peut être par exemple une visite, ou un atelier culinaire pour faire de vraies crêpes bretonnes».

Soutenue par la Chambre d'agriculture, l'initiative veut balayer les idées reçues. «L'hébergement à la ferme peut véhiculer des clichés, explique Michaël Tremel. On peut venir dormir dans des corps de fermes sans avoir une vue sur les vaches ou visiter la porcherie». Pour l'instant, le site compte 17 adhérents et propose 28 séjours. «Mais environ une dizaine d'adhérents sont en cours d'entrée sur le site, et 15 nouveaux séjours sont à venir», précise-t-il. Les agriculteurs «maîtres du projet», fixent eux-mêmes le prix, la durée et l'activité proposée lors du séjour. Une commission de 7 à 8% permet à Terres-de-Bretagne de fonctionner.

L'initiative, qui vise donc à promouvoir la région, permet aussi de soulager financièrement ces agriculteurs, même si l'investissement est important en termes de temps. «Nous avons créé l'hébergement en complément de notre activité agricole, explique Olivier Robert, agriculteur au sud de Rennes qui propose deux séjours sur le site. Mais on propose surtout aux gens de nous connaitre, de leur montrer notre métier, d'être dans le vrai, et à des prix intéressants». L'agriculteur propose par exemple un package d'une nuit pour deux adultes et deux enfants dans une cabane dans les arbres, petit déjeuner et une visite comprise pour 175 euros.

Terres de Bretagne veut également s'inscrire dans la modernité, pour mieux communiquer. «On paie en ligne, 24 heures sur 24 heures, ça correspond à l'industrie du tourisme actuel», note Michaël Tremel. Et c'est totalement transparent pour le client». Car le séjour peut se payer sur le site ou s'offrir sous forme de bon cadeau valable un an. De quoi gonfler encore un peu plus le capital sympathie des Français envers leurs éleveurs. Selon l'Écoscope, baromètre économique mensuel, publié en février dernier, 95% des Français sont prêts à favoriser des circuits courts pour aider les agriculteurs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 8 mois

    A 175 euros la nuit..... pour une cabane dans les arbres.... non seulement c'est trés cher mais en plus ....c'est pas vraiment paysan. Ils peuvent aussi créer un parc de loisir ....avec les avantages des fiscalités paysannes....