Des agences d'assurance islamique prises pour cible

le
0
Un homme a proféré des menaces de mort dans l'agence Noorassur, à Chelles, en Seine-et-Marne.
Un homme a proféré des menaces de mort dans l'agence Noorassur, à Chelles, en Seine-et-Marne.

Dimanche, la vitrine de l'agence nantaise de Noorassur, start-up qui propose des placements éthiques aux épargnants, a volé en éclat. Auparavant, à Chelles, en Seine-et-Marne, « une armoire à glace », selon le gérant de la franchise, est entré dans l'agence et a proféré des menaces de mort : « Ça va se terminer avec des balles si vous ne fermez pas », a-t-il lancé à l'assistance.

« Jusqu'à présent, nous n'étions que sur le Web. Mais depuis août 2015, on installe des agences, et disons que c'est plus compliqué », affirme Sonia Mariji, la fondatrice de Noorassur. « Je ne comprends pas. Nous faisons de la finance affinitaire et non pas communautaire. Nous vivons une situation vraiment inquiétante. Les salariés vont désormais aller travailler la peur au ventre. »

LIRE aussi notre article Une assurance hallal, mais pas sans risque

Symboles

Noorassur est issue de la finance islamique. C'est d'ailleurs des symboles de l'islam qui ont été attaqués à la barre de fer dimanche à Nantes, notamment une représentation du pèlerinage à La Mecque.

La marque est aussi marraine du trophée du vivre-ensemble, un tournoi de football engagé par le rabbin Michel Serfaty, le président de l'Union des associations musulmanes Mohamed Henniche et le père Jean Courtaudière du diocèse de Saint-Denis.

Des...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant