Des adhérents de la République en marche saisissent la justice

le , mis à jour le
8

L'adoption des statuts de la République en marche, soumis au vote électronique des adhérents ne devait être qu'une formalité. Mais la révolte gronde parmi quelques-uns des 3000 animateurs des comités locaux. Une trentaine de militants, très remontés, ont déposé un recours en référé devant le tribunal de grande Instance Créteil (Val-de-Marne) pour obtenir l'annulation du scrutin qui démarre ce dimanche et doit se poursuivre jusqu'au 31 juillet. L'audience de référé est fixée à 13h30 ce mardi.

 

Les requérants, qui dénoncent un manque de démocratie interne, estiment que les nouveaux statuts ont été soumis au vote sans tenir compte du délai légal prévu par les textes du parti. C'est sur ce vice de forme qu'ils entendent obtenir le report du vote en décembre par le juge des référés. «Notre démarche n'est pas une démarche agressive», déclare un des requérants, soucieux de ne pas froisser non plus le président Macron. «Nous avons alerté les instances du parti à maintes reprises sans jamais obtenir de réponses, hélas ! On se doit d'être exemplaire.»

 

Tout a commencé le 8 juillet dernier, lors de la convention nationale du mouvement, destinée à rassembler les troupes et organiser le fonctionnement interne du futur parti. De nombreux participants, députés, élus locaux et animateurs des comités En Marche s'étonnent alors de n'avoir pu consulter un exemplaire intégral des futurs statuts. À 11h30, ils se retrouvent au Dock's Café, situé tout près de La Villette (Paris) qui accueille ce premier congrès.

 

 

«Il y aura toujours des mécontents, c'est la vie normale des organisations»

 

«Plus de 80 comités locaux étaient représentés, de toutes les régions de France» raconte l'un des participants «et nous faisions tous le même constat : les extraits ou synthèses des statuts que l'on daignait nous communiquer n'avaient plus rien à voir avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cg46 il y a 7 mois

    Faire les poches des plus démunis, l'urgentiste Castaner a encore perdu une belle occasion de se taire. Demander aux 925 parlementaires qui vivent grassement au crochet des contribuables, ça ne lui a même pas effleuré l'esprit si tant est qu'il en eu un.

  • M7097610 il y a 7 mois

    les cocus se vantent de l'être maintenant...où ignorent ils encore qu'ils le sont ?

  • M7097610 il y a 7 mois

    surtout qu'en dictature micron, le résultat du vote, on le connait déjà ! Entre 97 et 99 % de oui.

  • restif1 il y a 7 mois

    Il y en a qui ont du temps à perdre

  • JOG58 il y a 7 mois

    ils n'avaient pas compris que la dictature existait encore dans des pays civilisés comme la France.....Alors la ils vont vite se rendre qu'ils ne sont que de vulgaires marionnettes à la merci de micron....revoltez vous et exigez d'avoir accès à tous les textes : statuts, lois etc...sinon la France ne pas aller dans le bon sens

  • cg46 il y a 7 mois

    Ils n'ont pas compris, les pauvres, que Macron avait uniquement besoin de figurants, pas de penseurs et encore moins de décideurs. La désillusion en marche !

  • M6406142 il y a 7 mois

    Taisez vous c est le MARECHAL qui decide a votre place .

  • M6406142 il y a 7 mois

    S ils n ont pas le temps de lire les lois c est plus facile pour les obliger de voter .C est une vieille combine dev dictature S ils n ont pas le temps de lire les lois c est plus facile pour les obliger de voter C est une vieille combine de dictature qui marcherait toujours .