Derrière WhatsApp, un pari sur l'essor des messageries via internet

le
0
Derrière WhatsApp, un pari sur l'essor des messageries via internet
Derrière WhatsApp, un pari sur l'essor des messageries via internet

L'acquisition de WhatsApp par Facebook est un pari sur le rôle futur des services de messagerie mobile par internet, qui suscitent beaucoup d'intérêt du fait de leur potentiel à bouleverser les communications de demain.L'opération annoncée mercredi frappe par son montant énorme, 19 milliards de dollars. Mais un autre groupe, le japonais Rakuten, avait déjà décidé la semaine précédente d'acheter une application de messagerie par internet, Viber, pour 900 millions de dollars.Certains analystes prédisent que cela ne s'arrêtera pas là, voyant en partie le prix payé par Facebook comme un moyen de couper l'herbe sous le pied de rivaux comme Google.- Autres acquisitions à prévoir -"On peut s'attendre à une activité de fusions-acquisitions accrue autour des applications spécialisées dans la création et le partage de contenus, les services de messagerie sécurisés ou pour les marchés émergents", estime dans un blog Raul Castanon, un analyste de la société de recherche Yankee Group.Cela a profité jeudi à l'action BlackBerry, les investisseurs se rappelant soudain que si les smartphones du groupe canadien n'ont plus la cote, son système de messagerie BBM a toujours 80 millions d'utilisateurs."Il y aura d'autres opérations", dit aussi à l'AFP Thibaut de Smedt, de la banque d'affaires Bryan Garnier & Co. Mais plutôt qu'à BlackBerry, trop compliqué à restructurer, il pense à "des startups qui ont inventé un service et l'ont propagé dans le monde" notamment en Asie.Les services similaires à WhatsApp y sont nombreux, tels WeChat en Chine, Line au Japon ou Kakao en Corée du Sud. Ils restent très tournés vers leur marché intérieur, mais commencent à s'internationaliser.- Bouleverser l'écosystème du SMS -Pour Declan Lonergan du Yankee Group, les achats d'applications comme WhatsApp et Viber traduisent surtout "l'importance croissante des communications via internet"."La valeur accordée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant