Derrière le non-cumul, la question du statut de l'élu

le
0
Sympathisants de droite et de gauche y sont massivement favorables. Mais la réforme annoncée par François Hollande rencontre des résistances parmi les principaux intéressés.

La fin du cumul des mandats approche. Vendredi à la Sorbonne, François Hollande a annoncé qu'un projet de loi serait soumis au Parlement «au printemps 2013». Le chef de l'État a précisé que ce texte serait élaboré sur la base du rapport que Lionel Jospin remettra début novembre. «C'est une demande forte des Français que de limiter le cumul des mandats. C'est un engagement que j'ai pris devant eux. (...) Ce sera un facteur de renouvellement et de modernisation», a déclaré le président de la République, qui a promis «une concertation avec les élus et les partis». «La fin du cumul, ce sera aussi la meilleure manière de justifier le statut de l'élu», a-t-il ajouté.

Les militants socialistes réclament le non-cumul depuis deux ans, et 88 % des sympathisants UMP approuvent cette réforme, selon un sondage OpinionWay paru jeudi dans Le Figaro . Pourtant, la fin du cumul des mandats a du mal à être acceptée par nombre d'élus socialistes, et plusieurs dirigeant

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant