Dernières heures de négociations à Lausanne sur le nucléaire iranien

le
0
Dernières heures de négociations à Lausanne sur le nucléaire iranien
Dernières heures de négociations à Lausanne sur le nucléaire iranien

La deadline : mardi à minuit. Au lendemain de la réunion des ministres des Affaires étrangères à Lausanne (Suisse), les négociations internationales sur le nucléaire iranien sont entrées mardi dans les dernières heures fixées pour obtenir un premier accord. Et, à cette heure, il n'y a aucune certitude sur l'issue d'un an et demi de discussions. 

Ce marathon diplomatique inédit, à Genève, New York, Vienne, Lausanne, réunit les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie, la Chine, la France et l'Allemagne, avec l'Iran bien évidemment, sans compter les Etats voisins qui, alliés ou ennemis de l'Iran, tentent de peser plus ou moins discrètement. En échange de garanties sur le fait que l'Iran ne cherchera pas à se doter de l'arme nucléaire, les nations seraient prêtes à lever les sanctions internationales qui étranglent l'économie iranienne depuis 2006. Les chances d'aboutir sont de «50-50», estimait lundi soir la porte-parole du département d'Etat américain Marie Harf. 

L'objectif est d'aboutir à un premier compromis fondamental sur le dossier, qui empoisonne les relations internationales depuis douze ans. Etape fondamentale, l'accord du 31 mars devrait aboutir à un accord historique complet, avec tous les détails techniques finalisés, d'ici au 30 juin. «Il est maintenant temps de dire oui ou de dire non», presse un diplomate occidental.

Les chefs de la diplomatie des grandes puissances - à l'exception du Russe Sergueï Lavrov qui devrait revenir à Lausanne dans la journée - se retrouvent de nouveau ce matin dans le palace surplombant le lac Léman, transformé en enceinte internationale depuis une semaine. Ils auront ensuite une session avec leur homologue iranien Mohammad Javad Zarif.

«La volonté qui existe, la présence des ministres qui sont restés, le sérieux dont chacun fait preuve sont le signe que tout le monde veut trouver des solutions», a estimé de son côté un négociateur iranien.

Jusque tard ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant