Dérives d'internet : Taubira veut renforcer l'arsenal juridique

le
0
Dérives d'internet : Taubira veut renforcer l'arsenal juridique
Dérives d'internet : Taubira veut renforcer l'arsenal juridique

Christiane Taubira a réaffirmé dimanche sa détermination à doter la France des outils juridiques pour contrer les dérives d'internet en matière de racisme et d'antisémitisme. La ministre de la Justice s'est exprimée en clôture des premières assises de la lutte contre la haine sur internet organisée par l'Union des étudiants juifs de France (UEJF).

«Les infractions reconnues dans l'espace public doivent pouvoir l'être également dans l'espace internet», a proclamé la garde des Sceaux. «La difficulté est de trouver les réponses les plus adaptées mais nous sommes décidés à mener une lutte sans merci contre le racisme et l'antisémitisme sur internet», a-t-elle affirmé. «Il y a en ce moment un processus de travail qui se fait dans le cadre de la préparation du projet de loi sur le numérique et c'est dans ce cadre là que nous allons trouver les instruments les plus adaptés», a expliqué Me Taubira.

VIDEO. Taubira prépare une action de groupe contre le racisme et l'antisémitisme

La ministre a rappelé les principales mesures déjà annoncées, dont la possibilité de confier à l'autorité administrative le pouvoir de bloquer des sites de haine raciste ou antisémite, comme cela existe déjà pour les sites pédopornographiques et, depuis novembre, pour l'apologie du terrorisme. Cette mesure vient d'être critiquée par la commission consultative des droits de l'Homme, autorité administrative consultative du gouvernement, estimant l'intervention d'un juge nécessaire pour ordonner et contrôler le retrait d'un contenu illicite et le blocage d'un site internet.

1.728 signalements de contenus haineux sur internet en 2014

Interrogé, Anton Maria Battesti, représentant de Facebook France, a dit dialoguer avec le gouvernement sur ce sujet. L'enjeu est réel, nos concitoyens ont aussi des libertés et jusqu'à présent, le juge était considéré comme un garant de ces libertés. Donc le fait de supprimer le juge n'est pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant