Derby frison, derby frisson

le
0
Derby frison, derby frisson
Derby frison, derby frisson

Ce dimanche, le SC Cambuur accueille un autre SC, Heerenveen. Un affrontement plus connu aux Pays-Bas sous le nom de " derby de Frise ", en rapport à cette province bien à part dans l'unité néerlandaise. De fait, l'opposition entre les Geelblauwen et les Fean va un peu plus loin que la simple partie de football.

Leeuwarden, 18 octobre 2014. L'équipe première du SC Cambuur rentre sur le terrain pour son dernier entraînement avant d'affronter Heerenveen le lendemain au Abe Lenstra Stadion. Si l'opposition entre le possible onze titulaire et le reste du groupe est plutôt tranquille au Cambuurstadion, l'ambiance est bien différente en tribunes. Dans un stade capable d'accueillir 10 000 personnes, pas moins de 4000 supporters se sont amassés pour venir donner un supplément d'âme à leur équipe de cœur. Les banderoles sont déployées, les chants entonnés, une foultitude de fumigènes craqués. Si le public du SC Cambuur est connu pour être l'un des plus fervents des Pays-Bas, c'est surtout que le moment revêt une importance particulière. Heerenveen n'est pas une équipe quelconque pour Cambuur : elle est l'ennemie séculaire, la cristallisation de tout ce à quoi Cambuur s'oppose. De surcroît, Heerenveen est la seule " autre " ville de Frise à accueillir en son sein une équipe de football professionnelle. De fait, la confrontation entre les deux équipes se nomme fatalement le derby de Frise. Bartholomew Ogbeche, présent lors de ce fameux entraînement, nous avait confié en août dernier que cet affrontement entre Cambuur et Heerenveen, " ça va un peu plus loin que le football. Il y a quelque chose qui va plus loin que les supporters qui ne s'aiment pas entre eux. Ils cherchent la supériorité de la ville. Des semaines, voire des mois avant ce derby, tu entends toute la ville en parler. Partout où tu vas, tu en entends parler. " Même son de cloche venant de Kévin Diaz, ancien attaquant des Geelblauwen entre 2009 et 2011, alors même que ce dernier n'a jamais joué de derby de Frise : " Que les clubs soient en Eredivisie ou en Eerste Divisie, la rivalité existera toujours. Tout le monde nous en parlait quand même. La Frise, c'est comme Lens ou Saint-Étienne : il n'y a pas grand chose à y faire mais il y a une grande ferveur. "

Youtube

Frison d'abord, néerlandais ensuite


Pour comprendre le derby de Frise, il faut d'abord comprendre la Frise. L'une des douze provinces néerlandaises – l'équivalent des régions en France – mais qui n'a de néerlandais que le statut officiel. Parce qu'en Frise, on est d'abord frison et ensuite, on est…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant