Déraillement d'un train dans les Alpes, deux morts

le
0
DÉRAILLEMENT MEURTRIER D'UN TRAIN DANS LES ALPES
DÉRAILLEMENT MEURTRIER D'UN TRAIN DANS LES ALPES

MARSEILLE (Reuters) - Deux personnes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées samedi dans le déraillement d'un train touristique dans les Alpes-de-Haute-Provence, entre les villes de Saint-Benoît et d'Annot, a-t-on appris auprès des autorités locales.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'accident s'est produit à 11h10 lorsqu'un rocher de plusieurs tonnes a percuté la deuxième voiture du train des Pignes, reliant Nice à Digne-les-Bains.

"A hauteur de la commune de Saint-Benoît, un énorme rocher s'est détaché de la montagne et est venu violemment, de manière latérale, percuter le train", faisant pencher une des deux voitures en contrebas dans le ravin, a dit Charbel Aboud, sous-préfet de Castellane, lors d'une conférence de presse. "Rien ne laissait penser que ce drame pouvait arriver."

Les deux victimes sont une Française originaire de la région et une Russe, a-t-il ajouté. Une à deux personnes ont par ailleurs été grièvement blessées et sept légèrement touchées.

Tous les blessés ont été évacués à l'hôpital Saint-Roch de Nice.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de l'accident et a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie en lien avec le bureau enquête accident (BEA).

"Notre but va être de pouvoir clarifier totalement ces circonstances qui sont a priori totalement accidentelles, liées à une terrible fatalité", a déclaré le procureur de la République à Digne, Stéphane Kellenberger.

Le train des Pignes, qui est géré par le conseil régional de Provence Alpes Côte d'Azur, transportait 34 passagers dont deux membres de la compagnie des chemins de fer de Provence au moment de l'accident.

Le plan Novi (nombreuses victimes) a été déclenché par la préfecture et les services de secours. Deux hélicoptères médicalisés, 14 ambulances, cinq véhicules médicalisés et une centaine de pompiers ont été mobilisés.

MATÉRIEL NEUF

Les conditions d'accès au lieu de l'accident ont été rendues difficiles par la neige, a indiqué le ministre de l'Intérieur Manuel Valls lors d'un déplacement aux Mureaux (Yvelines).

Le train des Pignes effectue 24 allers et retours par jour entre Nice et Plan du Var et 4 entre Nice et Digne-les-Bains. Jusqu'au 1er janvier dernier, la ligne était gérée par la compagnie ferroviaire Sud France, filiale de Veolia Transdev.

"C'est un service régulier, c'est un train qui remplit une mission de service public quotidiennement dans lequel il y a bien entendu des touristes", a dit Jean-Yves Petit, vice-président du conseil régional PACA chargé des transports sur BFM TV. "Le matériel est très neuf (...) et date de 2011, sur une partie de voie qui a été refaite."

Le président du conseil régional Michel Vauzelle a annoncé dans un communiqué qu'une enquête sera "diligentée dans les plus brefs délais" par les services de la région qui exploite la ligne des Chemins de Fer de Provence.

Pour le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, qui s'est rendu sur place, il n'y a pas eu "de défaut de vigilance".

"Les services du ministère des Transports sont allés le 14 janvier inspecter (ce site), comme ils le font régulièrement sur les infrastructures souvent sujettes à une attention particulière compte tenu de la localisation, en zone montagneuse", a-t-il dit à la presse. "Nous avons une dizaine d'inspections par an de ces sites, particulièrement de celui ci."

Le 12 juillet 2013, sept personnes avaient été tuées et des dizaines d'autres blessées dans le déraillement d'un train à Brétigny-sur-Orge (Essonne), en région parisienne.

Jean-François Rosnoblet, avec Marine Pennetier à Paris, édité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant