Depuis Marseille, Jean-Luc Mélenchon promet «la lutte» à Macron

le , mis à jour à 13:51
0
Depuis Marseille, Jean-Luc Mélenchon promet «la lutte» à Macron
Depuis Marseille, Jean-Luc Mélenchon promet «la lutte» à Macron

« Hé vous avez pas amené les ombrelles ? », interroge Jean-Luc Mélenchon. Une petite foule est venue écouter son discours de clôture des Amphis d'été de la France insoumise à Marseille (Bouches-du-Rhône) ce dimanche midi. Le soleil cogne sur le quartier du Panier. Et le patron des Insoumis a lui choisi de taper dur sur Emmanuel Macron à qui il promet «du combat» et plus de «bla-bla».

Dans un discours d'une heure, le député de Marseille s'en est pris à l'actuel président de la République, son « gouvernement des riches, pour les riches », mettant en cause la baisse des APL de 5 euros ou la suppression des contrats aidés. Et de tacler les « tribulations » et « sornettes » de Macron lors de son déplacement en Europe de l'Est, lorsqu'il avait affirmé que les Français n'aimait pas les réformes. « Ce que les gens n'aiment pas, ce n'est pas les réformes, c'est vos réformes », lui a rétorqué Mélenchon.

LIRE AUSSI

> Méthode Alinsky : comment les Insoumis veulent reconquérir les quartiers

Il accuse le président et sa majorité d'avoir « détricoté le code du travail » cet été et a encore une fois appelé à la mobilisation le 23 septembre prochain contre ce que les Insoumis dénoncent comme un « coup d'Etat social ». « Le peuple français ne lui a pas donné les pleins pouvoir, il s'est débarrassé de ceux dont il ne voulait pas ! Il n'est que le reste ! », veut croire le leader de la France insoumise qui n'est arrivé qu'en 4e position au premier tour de la présidentielle.

Mélenchon, qui a appelé le « peuple à déferler sur Paris » pour participer à cette manifestation, sait que ce sera un moment clé pour les Insoumis. Pour continuer à animer son mouvement, encore jeune, donc fragile, il veut passer par l'action. Une façon de maintenir LFI en « dynamique » et de capitaliser sur l'enthousiasme né de la campagne présidentielle (500 000 signataires sur leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant