Depuis dix ans, 10 km/h de vitesse et des morts en moins grâce aux radars

le
0
muriel pichon/shutterstock.com
muriel pichon/shutterstock.com

(AFP) - Depuis leur apparition sur les routes de France il y a dix ans, les radars fixes ont permis de réduire la vitesse moyenne de 10 km/h, faisant chuter le nombre de morts de 7.720 en 2001 à 3.645 l'année dernière.

"A partir de 2002, nous voyons clairement une rupture dans la courbe de vitesse, qui coïncide avec l'annonce par Jacques Chirac de l'arrivée des radars", déclare Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière. "La baisse de la vitesse est le premier facteur de la baisse de la mortalité routière. Quand la vitesse diminue de 1%, c'est 4% de tués en moins", précise-t-elle.

Le premier radar fixe fait son apparition le 27 octobre 2003 à Ville-au-Bois en Essonne. L'objectif est de contrôler la vitesse des conducteurs dans les zones les plus dangereuses. Dès avril 2004, 70 radars fixes sont déployés sur tout le territoire pour atteindre 2.173 au 1er février 2013.

Depuis leur installation, on constate 66% de morts en moins à proximité des radars, selon les chiffres de la Sécurité routière.

Entre-temps, l'arsenal s'est étoffé avec notamment l'arrivée des radars feux rouges en 2009. Deux photos sont prises, une première si un véhicule franchit la ligne des feux, une deuxième si le véhicule poursuit sa route au-delà du feu.

En 2011 apparaissent les radars discriminants, qui permettent de flasher les véhicules selon leur catégorie et ciblent en particulier les poids lourds.

Au second semestre de la même année sont également mis en place les "radars pédagogiques", qui annoncent la vitesse mais ne flashent pas, installés en amont de certains radars fixes ou dans des zones dangereuses.

Puis le premier radar tronçon arrive en juin 2012. Il contrôle la vitesse moyenne pratiquée par les usagers sur une portion de route de plusieurs kilomètres, entre deux points, pour éviter les ralentissements trop brusques devant les radars fixes.

L'année dernière, les excès de vitesse constatés ont toutefois progressé de 14%, un phénomène lié à la fois à l'augmentation du parc de radars mais aussi à un certain relâchement des automobilistes. A l'été, un record a même été battu, celui du plus grand nombre d'infractions constatées en une seule journée par les radars fixes: plus de 100.000 le samedi 21 juillet, jour de grands départs en vacances.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant