«Depuis AZF, je vis avec mes angoisses» 

le
0
INTERVIEW - Laurence Boffo, 37 ans, mère de deux enfants, est une ancienne salariée d'AZF spécialisée dans la prévention et la sécurité. Le jour de la catastrophe, elle se trouvait à proximité du hangar 221

LE FIGARO. - C'était il y a dix ans, le souvenir est intact ?

Laurence BOFFO. - Oui. Je n'ai pas oublié ce bruit. Le sol a vibré d'un seul coup, puis j'ai rapidement perdu connaissance. Je me suis réveillée sous les gravats. J'ai crié pour demander de l'aide. Il y avait des bruits de sirène. Des collègues sont venus me dégager avec les pompiers. J'ai eu de multiples plaies au visage et un traumatisme crânien. La personne qui se trouvait avec moi dans le bureau est morte quelques heures après le drame. Nous étions à un mètre l'un de l'autre. C'est lui qui est parti. Cela aurait pu être moi ! La vie ne tient qu'à un fil. C'est impossible d'oublier.

Comment avez-vous vécu durant dix ans ?

J'ai retrouvé du travail à Toulouse, chez Airbus. La reconversion s'est bien déroulée, je suis technicienne chargée de la conformité produits. Malgré un premier procès, je n'arrive toujours pas à savoir ce qui s'est passé dans l'usine. Lors du prochain procès, j'es

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant