Dépression, tempête, ouragan : comment ça marche ?

le , mis à jour à 10:36
0
Dépression, tempête, ouragan : comment ça marche ?
Dépression, tempête, ouragan : comment ça marche ?

Les arbres qui tombent sur les routes, les cours d'eau qui s'infiltrent dans les maisons, les vents qui emportent les toitures, la foudre qui déchire le ciel... Quand la météo se déchaîne - et l'ouragan Matthew est encore en train d'en faire la preuve cette semaine - les conséquences sont parfois dramatiques. Pour mieux appréhender ces phénomènes météorologiques, LeParisien.fr a sélectionné quelques termes incontournables qui reviennent régulièrement dans l'actualité.

 

Les «systèmes» : 

 

L'anticyclone

L'anticyclone, comme son nom l'indique, est notre ami. Il s'agit d'une zone dite de haute pression atmosphérique, c'est-à-dire que l'air y est plus froid et plus lourd que dans les zones avoisinantes, à la même altitude. Cet air plus dense descend donc vers le sol et vient chasser les nuages, créant un véritable bouclier contre les intempéries. A la périphérie de cette masse d'air qui tournoie, les vents soufflent dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère nord, et dans le sens inverse, dans l'hémisphère sud. 

La dépression

La dépression est la soeur ennemie de l'anticyclone, c'est même son contraire absolu. Il s'agit d'une zone dite de basse pression, c'est-à-dire où l'air est plus chaud et plus léger que dans les zones avoisinantes. Au centre d'une dépression, la pression qu'exerce cet air au sol est donc basse, et cet air remonte, par effet d'aspiration. Au cours de cette ascension, cet air venant d'en bas, et souvent chargé d'humidité, se refroidit, et la vapeur d'eau se condense peu à peu... C'est le début des nuages et des ennuis ! A la périphérie de cette masse d'air tournoyante, qui se déplace assez vite, les vents soufflent fort, mais cette fois-ci dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère sud, et dans le sens inverse dans l'hémisphère nord. Au sens plus restreint, une dépression est une «petite» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant