«Dépistage du cancer colorectal : coloscopie ou test Hemoccult ?»

le
0
La réponse de Jean-Christophe Saurin, hépato-gastro-entérologue au CHU de Lyon, membre de la Société nationale de gastro-entérologie.

Le cancer colorectal est fréquent en France : 37.000 nouvelles personnes (hommes et femmes) en sont atteintes tous les ans et 17.000 en décèdent. Environ une personne sur vingt aura un cancer colorectal au cours de sa vie. Il faut donc dépister ce cancer avant les signes (douleur, saignement), car un cancer dépisté est moins dangereux (moins avancé) qu'un cancer donnant des symptômes. Il existe deux façons de dépister : rechercher du sang sur plusieurs échantillons de selles consécutifs (test Hemoccult) ou faire un examen, en général sous anesthésie, du côlon avec une caméra positionnée au bout d'un tube souple (coloscopie). Dans le premier cas, on ne fait la coloscopie que chez les personnes positives (qui ont du sang dans les selles).

Le plus difficile dans le dépistage du cancer colorectal n'est pas de réaliser le test, mais de faire accepter au plus grand nombre possible de personnes de faire cette démarche de dépistage. En France, le dépistage est proposé

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant